Maroc Numeric : une agence dédiée aux services e-Gov sera créée

Le Maroc est passé du 104e rang mondial au 56e, selon l’indice des services en ligne établi par les Nations Unies. Moins de la moitié des objectifs de Maroc Numeric réalisés.

Le Maroc est passé du 104e au 56e rang mondial durant la période 2009-2012, selon l’indice des services en ligne établi par les Nations Unies. C’est ce qui a été annoncé lors la deuxième édition du Moroccan E-Governement Forum (MGF), organisé le 29 janvier à Rabat par le ministère de l’Industrie, du commerce et des nouvelles technologies sous le thème : «L’e-Governement, une priorité stratégique du plan Maroc Numeric 2009-2013». Cette manifestation a été l’occasion pour ce département de faire le point sur l’état d’avancement du programme et d’en présenter les perspectives. C’est ainsi que depuis son lancement en 2009, un certain nombre de projets et services du programme e-Gov ont été réalisés, selon le ministère. En plus des services initialement prévus par l’e-Gov, d’autres services non prévus (et demandés par les citoyens via la plateforme électronique fikra.egov.ma) ont également été lancés : Watika.ma, prise de rendez-vous dans les hôpitaux, réclamations en ligne, etc.

Le plan Maroc Numeric prolongé jusqu’en 2019 ou 2020

A l’avenir, il est prévu, entre autres, la mise en place d’un guichet unique permettant l’authentification et l’intégration des services en ligne en vue de satisfaire les besoins de l’usager, une passerelle d’échange interministérielle pouvant remplacer les documents papiers demandés à l’usager, la mutualisation des moyens et des ressources par les structures de l’administration pour plus d’efficience et d’homogénéité des e-services, l’adoption de standards d’échange et d’interopérabilité par l’ensemble des structures de l’administration, et la consultation des usagers avant et après la mise en place des e-services afin d’assurer un ciblage adéquat des services prioritaires et de mesurer la satisfaction.

Abdelkader Amara, ministre de l’industrie, du commerce et des nouvelles technologies, estime, pour sa part, que «le bilan du plan Maroc Numeric 2009-2013 ne pourra être établi qu’à la fin de cette année. Néanmoins, le Plan devrait être reconduit jusqu’en 2019 ou 2020». De même qu’il est envisagé d’externaliser les services e-Gov par la création d’une agence dédiée. Les moyens financiers nécessaires pour atteindre tous les objectifs sont colossaux. Par exemple, la couverture Internet haut débit du territoire (Internet 4G, équipement en fibres optiques de certaines zones prioritaires telles que les zones industrielles) nécessite près de 35 milliards de DH et sa mise en œuvre devrait requérir plusieurs années.