Maorc – Campagne agricole 2009-2010 : des mesures pour doper la productivité et soutenir les exploitants

Trois axes : amélioration des chaînes de production, gestion de l’irrigation et encadrement de l’investissement agricole.
Les semences seront subventionnées à  hauteur de 135 à  150 DH, selon le type de céréale.

La bonne campagne agricole de la saison écoulée a dopé l’optimisme du département de l’agriculture qui promet des mesures d’accompagnement au titre de la campagne à venir. Un programme d’action en trois axes a ainsi été présenté, jeudi 10 septembre, en conseil de gouvernement par Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture et de la pêche maritime. Il porte notamment sur l’amélioration des chaînes de production, la gestion de l’irrigation et l’encadrement de l’investissement agricole.
L’objectif des actions du premier axe passe, l’on s’en doute, par le relèvement de la productivité céréalière, à travers l’utilisation des semences. Des subventions atteignant 150 DH le quintal, pour le blé tendre et 135 DH pour le blé dur seront instaurées parallèlement à l’octroi d’une prime de stockage de 5 DH/q/mois pendant 9 mois (plafonnée à 220 000 quintaux). En aval, la distribution sera améliorée pour rendre la semence plus accessible : 140 points de vente seront créés un peu partout dans le monde rural et semi-urbain.
Il faut noter qu’au titre de la campagne écoulée, le Maroc avait enregistré une récolte record de 102 millions de quintaux, mais le rendement reste assez faible : en moyenne 19,7 q/ha et un maximum de 30 dans certaines régions bour. La diffusion plus large de semences sélectionnées devrait permettre de relever la moyenne. A noter qu’à date d’aujourd’hui, ce sont 20 millions de quintaux de blé tendre local qui ont été commercialisés par les intervenants du secteur.

68 projets estampillés Plan Maroc vert démarreront
En matière de mesures, les autres cultures ne sont pas en reste, puisqu’il est question de mise en œuvre de plusieurs contrats-programmes signés au cours des 24 derniers mois ou réactualisés.
Sont concernés la filière sucrière, celle des agrumes, des primeurs, la filière oléicole ainsi que le secteur de l’élevage que le ministère entend doter d’un plan d’action spécifique. Bien évidemment, la subvention du matériel agricole restera maintenue.
Dans le même ordre d’idée -deuxième axe- visant la recherche d’une meilleure productivité, la gestion optimale de l’eau sera renforcée par l’irrigation en 2009-2010 de 29 000 ha supplémentaires, ce qui devrait permettre une économie de 60 millions de m3. Il faut rappeler à cet effet que l’agriculture consomme 80% des ressources en eau du Royaume et que le bour génère un taux d’inefficacité (eau gaspillée) pouvant atteindre jusqu’à 70%. Notons qu’un programme national d’économie d’eau prévoit l’équipement de 550 000 ha en infrastructures d’irrigation d’ici 2020.
Enfin, troisième axe, l’encadrement de l’investissement agricole aura la part belle au cours de cette saison en raison, d’une part, du lancement de la deuxième tranche de l’exploitation de terres Sodea/Sogeta dans le cadre du partenariat public/privé (131 projets pour un investissement de 7,7 milliards de DH), et, d’autre part, du lancement de quelque 68 projets programmés dans le cadre des piliers I et II du plan Maroc Vert.