Machines à  café en capsules : 2 000 unités vendues au 1er semestre

Les importations explosent : 50 000 machines par an de 2009 à  2011 contre 20 000 auparavant. Le prix moyen de la machine se situe à  1 400 DH et les capsules sont écoulées entre 4,50 et 6,50 DH l’unité. Seulement 13 000 foyers équipés et 3 MDH de chiffre d’affaires.

Pour la préparation d’un expresso «fait maison», les machines à capsules sont les plus prisées et connaissent un engouement de plus en plus marqué au Maroc. Selon le cabinet d’études GFK, l’année 2012 a enregistré un premier semestre exceptionnel pour ces articles : 2 000 unités écoulées pour un montant qui avoisine les 3 millions de dirhams, soit le plus gros chiffre d’affaires jamais enregistré depuis 2010.
On est loin de la cafetière moka, appelée aussi cafetière italienne, qui a été derrière la démocratisation de la consommation du café expresso dans les foyers marocains. Aujourd’hui, pour un prix moyen de 1 400 DH, tout un chacun peut s’offrir le plaisir d’un bon Arabica.

Le secret derrière cette réussite réside en partie dans la simplicité du procédé : la machine, l’eau et les capsules. Ainsi, le café est obtenu par injection d’eau sous pression au travers de la mouture. Hier fournie par la vapeur, cette pression est aujourd’hui délivrée par une pompe électrique qui injecte l’eau (entre 15 et 19 bars de pression) à une température proche des 100 C°. Une fois pressurisée, l’eau émulsionne les huiles du café. Résultat : une mousse dorée savoureuse à la surface de la tasse.

Les fabricants ont donc su jouer sur ces arguments en multipliant les offres et les actions promotionnelles, aussi bien à l’adresse des particuliers que des professionnels.

Lavazza revendique 30% des parts de marché

Comme cette offre de Lavazza qui consiste en un dépôt gratuit d’une machine sur une durée de 2 ans pour tout achat de plus de 100 capsules par mois. On note également le lancement de plusieurs nouvelles références depuis le deuxième semestre 2011 permettant d’élargir la gamme avec un large éventail de prix. «Avec Blue, nous sommes sur la double infusion et bientôt avec Amodo Mio et sa nouvelle capsule on offrira un choix de plusieurs dizaines de produits variés entre les cafés, les thés et les infusions ainsi que le chocolat», annonce Lucien Leuwenkroon, PDG de Top Class Lavazza, un des acteurs majeurs sur le marché qui revendique une part de marché de 30%.

D’ailleurs, en matière de prix, la moyenne de 1 400 DH cache des disparités puisqu’au sein du même segment «Portionned», les prix peuvent aller de 700 DH pour les machines entrée de gamme à plus de 3 000 DH pour les machines premium. Comme c’est le cas de la CitiZ&milk de Nespresso, vendue à 2 800 DH. La filiale de Nestlé, autre acteur majeur du marché, n’a cependant communiqué aucun autre chiffre malgré nos sollicitations. Les capsules sont, quant à elles, vendues entre 4,50 DH et 6,50 DH l’unité dans des paquets de 10.

Si on se réfère aux statistiques des importations, on constate que ce sont 50 000 machines, toutes marques confondues, qui ont été importées annuellement durant ces 3 dernières années, alors qu’auparavant le chiffre était à moins de 20 000 par an. Pourtant, malgré une bonne croissance, l’évolution du marché des machines à capsules n’a pas atteint son plein potentiel puisque très peu de ménages en sont équipés. «Depuis notre arrivée au Maroc en 1995, nous avons écoulé un peu plus de 40 000 machines et estimons à 13 000 le nombre de foyers actifs à ce jour. Cela ne représente pas grand-chose sur 5 millions de foyers et nous laisse donc encore de belles perspectives au Maroc», indique Lucien Leuwenkroon.