Lydec : près de 1,6 milliard de DH investis en 2013

Après l’inauguration de la station de traitement de Médiouna, Lydec met l’accent sur l’émissaire marin de Sidi Bernoussi. La filiale de Suez Environnement teste également des ampoules LED pour son éclairage public. A partir du mois prochain, les gros clients bénéficieront d’une politique d’engagement de services au même titre que les particuliers.

Lydec a sans nul doute retroussé ses manches en 2013 comme jamais elle ne l’avait fait depuis l’entrée en vigueur de son contrat en 1997. A l’occasion de son traditionnel séminaire médias organisé chaque année pour présenter l’état d’avancement de ses travaux et ses derniers chiffres, la filiale marocaine de Suez Environnement a en effet mis l’accent sur le fait que l’année a été particulièrement chargée. Plusieurs dossiers ont abouti et divers chantiers en cours ont connu un coup d’accélérateur, le discours royal d’octobre dernier ayant particulièrement aidé. A ce jour, 2013 est l’année des investissements record : 1,6 milliard de DH déboursée, tous métiers confondus. «Il s’agit d’un effort jamais atteint», a déclaré Jean-Pascal Darriet, DG de la Lydec, en marge de cette rencontre. C’est notamment en avril dernier que l’un des plus importants investissements réalisés a été officiellement inauguré en présence de S.M. Mohammed VI et du président de la République française. La station de traitement des eaux usées de Médiouna, d’un coût global de 141 MDH, a traité plus de 400 000 m3 d’eaux usées entre avril et décembre derniers, et ce, grâce à son bioréacteur à membranes, une technologie unique en Afrique du Nord. Une fois traitées, les eaux sont redirigées vers l’oued Hassar où elles sont alors utilisées par une coopérative d’agriculteurs. Toujours dans le domaine de l’assainissement liquide, 32 km de conduites et plus de 7 500 branchements isolés ont été renouvelés en 2013.

Légère augmentation de la consommation en eau

Toujours en ce qui concerne l’eau, la consommation a progressé de 1,5% entre 2012 et 2013 avec près de 193 millions de m3 d’eau potable mis en distribution, contre 2 à 3% les années précédentes. Grâce au travail fourni pour détecter les fuites, et malgré un taux de perte toujours élevé de 24%, près de 36 millions de m3 d’eau potable ont été économisés en 2013 par rapport à 1997, à travers la détection et la réparation de plus de 20000 fuites.

Du côté de l’éclairage public, Lydec s’est vu attribuer de nouvelles zones en périphérie. Rien que dans la bande de Sidi Maârouf, le taux d’éclairage est passé de 60 à 90%. Pour le futur, la société planche déjà sur la suppression des câbles aériens et teste l’utilisation d’ampoules LED dans deux zones pilotes afin de vérifier la performance technique. «Nous nous prononcerons dans 2 mois sur l’issue à donner à cette phase de test», déclare Mohamed Machhouri, directeur Eclairage Public à la Lydec.

L’actuel grand projet pour lequel est mobilisé la Lydec est bien sûr le projet anti-pollution Est de Casablanca, dont le futur émissaire marin de Sidi Bernoussi est l’une des composantes. A fin février, ce méga projet, d’un coût global de 1,4 milliard de DH, a atteint un taux de réalisation de 69%. Un milliard de DH a ainsi déjà été engagé. Si les travaux de déroctage et dragage, indispensables pour préparer la tranchée sous-marine ont déjà été réalisés, les travaux de dragage du sable devraient démarrer d’ici juin prochain. De même, les différents tuyaux constituant l’émissaire marin sont actuellement en cours d’acheminement vers le Maroc depuis la Norvège. Ils seront réceptionnés au courant du mois de mars. Pour rappel, les travaux de creusement de l’émissaire ont démarré en octobre dernier et devraient s’achever d’ici la fin du mois. Le tout sera opérationnel d’ici la fin de l’année.

Un nouveau concept d’agence en préparation

2013 était également l’année des 10 engagements de service pour les clients Lydec qui ont atteint le million en fin d’année (clients eau). Basé sur une enquête faite auprès de focus clients, cet autre grand projet a conduit à la mise en place de nouveaux services. Si vous laissez votre numéro de téléphone à votre agence, vous pourrez par exemple être averti par SMS en cas de hausse inhabituelle de votre consommation. «Dans la plupart des cas où une augmentation a été constatée, ce n’est pas une erreur de lecture mais une fuite d’eau», confie Sandra Sahli, directrice clientèle. Les grands clients auront également droit à leur propre déclinaison dès le mois prochain.

A noter que Lydec réfléchit sur un nouveau concept d’agences, dont l’agence Diouri fera office de test. Pour le deuxième semestre 2013, Lydec recueille un taux de satisfaction globale de 70%, et de 85% hors facteur prix.