L’ONSSA renforce les contrôles à l’importation des végétaux

L’introduction, par les voyageurs se rendant au Maroc, des végétaux (plants, plantes ornementales et semences) sur le territoire national n’est pas autorisée. Tout végétal introduit par les voyageurs sera saisi et détruit conformément à la réglementation en vigueur.

Afin de protéger le patrimoine végétal national vis-à-vis de la bactérie Xylella fastidiosa et éviter son introduction au Maroc, l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA) interdit l’introduction, par les voyageurs se rendant au Maroc, des végétaux (plants, plantes ornementales et semences). A cet effet, indique l’Office dans un communiqué, tout végétal (plant, plante ornementale et semence) introduit par les voyageurs sera saisi et détruit conformément à la réglementation en vigueur.

Par ailleurs, l’ONSSA a renforcé les mesures préventives vis-à-vis de cette bactérie, par la suspension de toute importation de plantes ornementales en provenance des pays ayant enregistré la présence de cette bactérie.

Parallèlement, souligne la même source, le dispositif de contrôle phytosanitaire à l’importation des végétaux a été renforcé à l’égard de la bactérie Xylella fastidiosa au niveau des postes frontières. En effet, les services de l’ONSSA procèdent systématiquement à des contrôles documentaires, physiques et des analyses de laboratoire et seuls les végétaux conformes sur le plan phytosanitaire sont admis.

L’Office rappelle aux professionnels que toute importation des végétaux doit être accompagnée d’une autorisation préalable d’importation délivrée par l’ONSSA et d’un certificat phytosanitaire délivré par les autorités phytosanitaires compétentes du pays de provenance. En cas de non-respect de ces conditions, les végétaux importés seront systématiquement refoulés ou saisis et détruits conformément à la réglementation en vigueur.

Il est à préciser que la bactérie Xylella fastidiosa est une maladie redoutable spécifique aux plantes ; elle n’est pas présente au Maroc et n’est pas transmissible ni à l’homme ni aux animaux.