Logistique : la SNTL, l’ANP et l’ONCF seront associés dans un aménageur public

. Un mémorandum d’entente a été signé par les trois parties . L’objectif est de coordonner les chantiers à  développer par les trois établissements dans le cadre de la plate-forme de Zénata.

C’est un projet qui devrait sensiblement changer la manière avec laquelle les pouvoirs publics réalisent les zones logistiques. Lors du dernier Conseil d’administration de l’Agence marocaine pour le développement de la logistique (AMDL), tenu le 29 janvier, il a été décidé de créer un aménageur public spécialisé dans l’aménagement et le développement des zones logistiques. Concrètement, cette entité prendra la forme d’une société où seront associés les différents partenaires impliqués dans la réalisation de la zone logistique de Zénata. Ainsi, la SNTL, l’ANP et l’ONCF devraient tous les trois être associés dans la création de cette nouvelle entité.

En fait, l’idée du projet est toute simple. La zone logistique de Zénata est destinée à abriter, à l’horizon 2030, trois types de plates-formes dédiées aux flux de conteneurs, de céréales et de distribution et de sous-traitance logistique sur une superficie globale de 323 hectares. Le foncier nécessaire devrait être mobilisé par trois acteurs différents. L’Agence nationale des ports dispose d’une assiette de 200 hectares qui est destinée au développement d’une plate-forme de conteneurs. L’ONCF possède pour sa part 95 hectares mobilisés dans le cadre du projet de la plate-forme MITA. Ce foncier est réparti en 81 hectares qui permettront le développement d’une plate-forme de distribution et de sous-traitance logistique, et 14 hectares dédiés à une plate-forme de céréales. La SNTL, à travers la zone qu’elle a déjà réalisée dans le cadre de la première phase de la zone logistique de Zénata, a mobilisé 28 hectares pour développer une offre d’immobilier logistique de 96000 m2.

L’expérience pourrait profiter aux investisseurs privés

Dans le but de coordonner les actions des trois établissements et assurer une parfaite harmonisation des différents chantiers de la zone de Zénata, des études menées préalablement par le ministère de l’équipement, du transport et de la logistique ainsi que par l’AMDL, avec le soutien de la BEI, ont démontré la nécessité de créer une société commune aux trois entités qui se chargera du développement et de la gestion de la plate-forme. Un mémorandum d’entente a même été signé récemment par les trois sociétés et l’AMDL en vue de concrétiser la création de l’aménageur public. Il reste aujourd’hui à arrêter définitivement les montages juridique et financier. Une étude devrait ainsi être menée durant les neuf prochains mois pour permettre, d’ici la fin de l’année, la création effective de l’aménageur. En attendant, il n’est pas exclu que la même approche soit adoptée pour la réalisation des zones logistiques prévues dans les autres régions du Royaume, à une différence près. Si ce schéma est retenu, il pourrait en effet être ouvert cette fois-ci aux investisseurs privés intéressés par la participation à l’aménagement des futures plates-formes.