Location estivale : L’engouement se fait déjà sentir

• L’intérêt est exprimé autant par les Marocains résidant au Maroc qu’à l’étranger.
• La concrétisation de l’acte de location est portée actuellement par les locaux.
• Un fort dynamisme est attendu à partir de juillet et devra être accompagné par une hausse des prix.

La période estivale de cette année devra connaître un fort engouement tant de la part des nationaux que des MRE. Que ce soit pour les hôtels ou les biens immobiliers, la demande devrait être importante, surtout que, sur initiative royale, les prix des vols des pays étrangers vers le Maroc, sont abordables pour nombre de personnes. Selon des agents immobiliers, la dynamique de la saison commence à se faire sentir. L’intérêt est manifesté pour tout type de biens : complexes résidentiels, appartements ou studios en immeubles, villas, riads…, tout est bon à prendre
Au Nord, par exemple, la location est toujours caractérisée par la courte durée (week-ends). «L’on s’attend à une progression graduelle de la demande et de la durée de location, dès la fin des examens scolaires et universitaires», explique un agent. Même les prix actuellement restent stables, sachant qu’ils n’ont pas baissé à période équivalente, l’année dernière. Même si la saison était frappée de plein fouet par la pandémie, les propriétaires n’ont pas abaissé leurs prix ; certains les ont même relevés, profitant du fait que la seule possibilité de voyager ait été au niveau national. Le Sud, notamment Agadir, Essaouira et régions, dont l’essor touristique se fait de plus en plus important en été, commence également à ressentir cet engouement d’il y a 2 ans. «Un grand intérêt est exprimé autant pour la ville d’Agadir que pour les environs (Imi Ouaddar, Taghazout..). Des réservations sont concrétisées certes, par des clients qui sont toujours à l’étranger, mais le gros des appels et emails reçus concernent des questionnements sur la disponibilité, les prix, les commodités et équipements…», souligne Aziz Goghrod, directeur de l’agence immobilière Agadir Immo plus. Dans les autres villes, à l’instar de Marrakech, El Jadida/Oualidia, El Hoceima…, le même constat est relevé par les agents : un léger frémissement de la part des MRE et une demande matérialisée notamment par les locaux…, pour le moment.
En tout cas, les prix, à date, restent inchangés mais devraient certainement augmenter durant les deux prochains mois. «Dans les périphéries d’Agadir, à Taghazout par exemple, les prix varient actuellement entre 600 à 700 DH par nuitée pour un appartement pied dans l’eau, composé de deux chambres et un salon. Pour le même type d’appartements, le prix monte à une fourchette entre 800 et 1 000 DH à Imi Ouaddar. En fait, plusieurs projets immobiliers neufs ont vu le jour dans cette zone et sont mis à la location. Si les prix sont à ce niveau en ce mois, ils augmentent de 30% jusqu’à 50%», ajoute M.Goghrod. La Marina d’Agadir reste toujours bien placée, avec des loyers qui oscillent entre 1 000 et 1 500 DH et qui peuvent dépasser 2 300 DH en août.
A Tamuda bay, les appartements sont loués entre 600 et 900 DH la nuitée, en fonction de leur standing et de leur emplacement. A Cabo Negro ou Marina Smir, les prix s’envolent à 1 200 ou même 1 500 DH actuellement, pour atteindre 2 000 DH en août. Les villas, elles, sont louées, selon les équipements qu’elles offrent et leur design et emplacement, entre 2 500 et 10 000 DH la nuitée.
El Jadida et Oualidia sont des villes de plus en plus plébiscitées tant par les Casablancais et Rbatis que par les Marrakchis. La moyenne des prix a augmenté et varie entre 900 DH/ nuitée pour les appartements situés dans une résidence avec piscine et peut pointer à 1 800 DH/ nuitée pour les villas. De son côté, la région de l’Oriental attire depuis quelques années nombre de clients locaux et MRE, et ce, grâce au développement de la composante touristique qu’elle a connue. Les appartements sont loués en moyenne à 700 DH à Marina Saïdia et peuvent culminer à 1 500 DH en août et il faut compter 2 400 DH pour la location d’une villa. A El Hoceima, les loyers peuvent aller du simple au double en fonction de l’état des biens immobiliers. Pour du moyen standing, il faut miser sur 500 DH la nuitée au minimum. Les loyers peuvent aller jusqu’à 1 200 DH la nuitée.
Les villes à caractère économique ou administratif connaissent également un engouement dont la conséquence est l’envolée des prix des loyers. A Casablanca et périphéries, à savoir Sidi Rahal, Tamaris, Dar Bouazza, les loyers grimpent en été pour atteindre 1 700 DH en moyenne, contre 1 200 DH à Mohammédia, Mansouria, Témara, Harhoura… Parallèlement, sur l’axe Rabat-Casa, les biens immobiliers à Bouznika, Skhirat et Oued Cherrat maintiennent le niveau de leur loyer à une moyenne de 1 500 DH pour les appartements et 2 000 DH pour les cabanons et villas pieds dans l’eau.
En dépit de ces prix qui, pour la plupart, sont jugés hors de portée, les biens trouvent toujours preneur; encore plus cette année, surtout pour les MRE dont l’été de l’année précédente était creux. Du reste, le dynamisme attendu pendant cette saison devra permettre de rattraper toutes les pertes cumulées pendant plus d’une année de ce secteur touristique et hôtelier, de raviver les ressources humaines et de revigorer certaines villes ou régions.