L’industrie aéronautique a pris son envol

En dix ans, le nombre d’opérateurs internationaux est passé de 10 à  106. Aujourd’hui, le secteur contribue à  hauteur de 6% aux exportations du pays, réalise 8 milliards de DH de ventes et emploie
10 000 personnes.

’aéronautique a réussi son décollage avec excellence. L’industrie a atteint, en 10 ans, une telle altitude qu’elle compte aujourd’hui parmi les principaux  secteurs exportateurs. De 0,5% du volume global des expéditions du Royaume il y a 10 ans, la filière contribue aujourd’hui à hauteur de 6% à l’export avec un chiffre d’affaires d’environ 8 milliards de DH. Elle compte 106 opérateurs contre une petite dizaine jusqu’à il y a peu.
En matière d’emploi, l’aéronautique marocain a également battu tous les records, en réussissant la création de 10 000 emplois hautement qualifiés, essentiellement des jeunes de moins de 30 ans, dont 50% de femmes.
Avec tout ceci, le secteur devrait en plus garder une tendance haussière sur les prochaines années, en raison de la bonne tenue des carnets de commande des opérateurs à l’international. L’activité mondiale devant croître de 5 à 6% annuellement.  
Pour bénéficier d’une part de cette croissance, le Maroc se positionne d’ores et déjà sur la carte mondiale, notamment grâce aux efforts d’investissement et d’accompagnement fournis par le Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (GIMAS), dont les responsables ont été visionnaires en misant sur ce secteur, encore embryonnaire il y a peu.
Dans ce contexte, l’inauguration de la plateforme industrielle intégrée Midparc, dont le coût global s’élève à 887 MDH, vient à point nommé. Ce projet est le signal fort d’une volonté ferme du Souverain de hisser le secteur de l’aéronautique à des niveaux de compétitivité plus élevés, consolider ses acquis en termes d’offre d’infrastructures industrielles, et accorder davantage de visibilité aux investisseurs tant nationaux qu’étrangers. Le premier à ouvrir ses portes à Midparc n’est autre que le géant américain Bombardier, dont l’investissement (200 millions de dollars) insufflera une nouvelle dynamique au développement du secteur de l’aéronautique. Le projet de Bombardier permettra à terme la création de 850 emplois directs et 4 400 indirects.
Cette nouvelle implantation est venue s’ajouter à celle de grands donneurs d’ordre internationaux (Safran, Daher, EADS, Boeing, Souriau, Zodiac Aerospace, Air France Industries…) et confirme, une fois encore, la capacité du Royaume à accueillir un large spectre d’opérateurs aéronautiques de renom.
Côté perspectives, le Gimas voit encore plus grand. Selon les projections de son président, Hamid Abbad El Andaloussi, l’objectif est de doubler la taille du secteur aéronautique à l’horizon 2020, en matière d’investissements, d’emplois et d’exportations, en passant à un résultat consolidé à l’export de 2 milliards de dollars.