Lesieur Cristal candidat à  la privatisation

La filiale de l’ONA est en concurrence avec deux consortiums.
Elle vise non seulement le marché sénégalais mais également la Gambie, le Mali et la Mauritanie.

Exportateur d’huiles sur le Sénégal, Lesieur Cristal veut renforcer son positionnement sur ce marché. C’est pourquoi l’entreprise a postulé pour la reprise du groupe sénégalais Société nationale de commercialisation des oléagineux du Sénégal (SONACOS), spécialisée dans la trituration des graines d’arachides pour la fabrication d’huile et de tourteaux.
La privatisation de la Sonacos est une opportunité pour le leader marocain qui ne veut plus se contenter de son statut d’exportateur mais devenir opérateur à part entière sur le marché sénégalais. «Nous sommes donc très intéressés par la privatisation de cette entité qui opère dans le même rayon d’activité que le nôtre», explique Ahmed Rahhou, Pdg de Lesieur Cristal.
La filiale de l’ONA est en concurrence avec deux autres candidats, en l’occurrence Guerté Sénégal et Advance/Sifitex/Desmet, tous retenus après la pré-qualification selon les critères techniques, en décembre 2003. Les candidats avaient jusqu’au 1er juin pour formuler leur offre financière. Et, en principe, c’est dans quatre semaines que sera connu l’adjudicataire définitif de la Sonacos.

Lesieur dispose de ressources suffisantes pour financer l’opération

Lesieur Cristal n’a pas, selon son PDG, «fait une véritable offre ficelée pour la simple raison que les autorités sénégalaises n’ont pas donné toutes les informations nécessaires permettant de fixer une valeur à la Sonacos et par conséquent de faire une offre en bonne et due forme».
La filiale du groupe ONA dit avoir «besoin encore de temps pour élaborer son offre». C’est pourquoi elle va envoyer un écrit au gouvernement sénégalais pour demander une prolongation du délai en espérant avoir plus d’informations sur l’entreprise et son environnement. Les informations manquantes concernent principalement l’évolution de la filière oléicole du Sénégal. Le postulant marocain souhaiterait avoir de plus amples informations sur les conditions d’approvisionnement en matières premières (graines d’arachides) de la Sonacos qui ne semble pas maîtriser ses intrants. Elle a jusqu’à présent préfinancé les campagnes et acheté les récoltes au prix fort. Sans compter les subventions accordées aux agriculteurs. Chez Lesieur Cristal, on estime que le gouvernement sénégalais doit «communiquer des éléments sur les règles de fixation des prix ainsi que les conditions d’octroi des subventions si celles-ci sont maintenues».
La reprise de l’huilerie sénégalaise s’inscrit parfaitement, dit-on à Lesieur Cristal, dans sa stratégie de développement. «L’achat de l’entreprise et les investissements à réaliser dans cette unité sont dans nos moyens. Il n’y a aucun problème à ce niveau» , indique Ahmed Rahhou. Des propos en droite ligne de ceux développés par Bassim Jaï Hokimi, Pdg de l’ONA, qui a souligné, dans une récente interview accordée à La Vie éco (du 21 mai 2003), que «les trois filiales opérant dans l’agroalimentaire (Cosumar, Centrale Laitière et Lesieur Cristal) disposent chacun de 500 millions à un milliard de DH de cash disponible (…) et qu’elles doivent utiliser ces ressources dans un délai de trois ans pour se développer».
Soulignons que Lesieur Cristal exporte déjà vers le Sénégal. Le volume n’est cependant pas très important. «Nous sommes sur une niche précise, à savoir les huiles haut de gamme», explique Ahmed Rahhou. Mais au-delà du marché local, la présence de Lesieur Cristal à travers la Sonacos présente des opportunités de positionnement sur d’autres pays de la région notamment la Gambie, le Mali et la Mauritanie.
La stratégie est en gestation. Il ne manque plus que la réponse du gouvernement sénégalais. Lesieur Cristal a certes demandé une prolongation de délai, mais celle-ci peut ne pas lui être accordée si les deux autres candidats en lice font des offres précises que les autorités pourraient retenir. Quoi qu’il en soit, le PDG de Lesieur Cristal reste confiant car, même si la Sonacos lui échappe, il existe encore, dit-il, des entités privées sénégalaises qu’il pourrait acquérir

Les trois candidats avaient jusqu’au 1er juin pour remettre leur offre, mais Lesieur Cristal a demandé un délai supplémentaire en raison d’informations manquantes sur la Sonacos et la filière oléicole sénégalaise.

Lesieur Cristal reste confiante car, même si Sonacos lui échappe, il reste des entités privées au Sénégal qu’elle pourrait acquérir.