Les ventes ont progressé de 2,3% en 2003

Les ventes de véhicules montés localement ont tiré le marché
à la baisse.

On le savait, le marché de l’automobile a connu une quasi-stagnation en 2003. Les chiffres officiels le confirment. Les ventes se sont effectivement établies à  49 617 unités, soit une hausse de 2,3 %. Par origine, il s’est vendu 30 933 véhicules importés dont 26 093 voitures de tourisme (+ 5% par rapport à  2002) et 4 840 utilitaires (+21,24 %). Le montage local, en baisse de 5 % comparativement à  2002, totalise 18 684 dont 9 066 voitures de tourisme de marque Fiat. Renault, qui a bénéficié de l’arrivée en milieu d’année de la nouvelle Megane II pour se repositionner, a réalisé une progression de 3,88 %, toutes catégories confondues, quand Peugeot a globalement reculé de 15 %. Cette contre-performance est liée au mauvais comportement de la catégorie tourisme. La marque au lion attend ainsi de recevoir des nouveautés – dont la très attendue Peugeot 407 en juin prochain – capables de booster ses ventes en 2004. Honda et Toyota, grands gagnants pour 2003 En fait, les grands gagnants de 2003 sont les marques japonaises. Honda a réalisé une hausse de 93 % par rapport à  2002 à  1 776 unités. Toyota a fait un bond de près de 73% à  3 986 unités dont 2 915 dans le segment tourisme qui a progressé de 120 %. Volskwagen s’est également bien tiré d’affaire avec 2 575 voitures de tourisme vendues au lieu de 2 492 en 2002. Ce score est essentiellement dû à  la Polo et, dans une moindre mesure, à  la nouvelle Passat. Dans le haut de gamme, BMW a cartonné. La marque allemande a progressé de 47% d’une année à  l’autre, à  387 unités. De manière générale, les professionnels sont inquiets de la performance de l’année. Si ceux qui ont su tirer leur épingle du jeu mettent en avant l’agressivité dont ils ont fait preuve, ils n’en conviennent pas moins que tout dépendra de la taxation de l’importé neuf. «L’idéal serait qu’elle soit ramenée à  10 % (au lieu de 32 % actuellement) pour que les chiffres des ventes évoluent vers un marché de 80 000 véhicules par an», suggère un professionnel. Sur ce volet, soulignons que même au niveau des mesures ponctuelles, l’Etat n’a pas été entreprenant dans l’encouragement à  l’achat du neuf, au cours des dernières années. Pour 2004, le sort de la bataille se jouera sur les nouveautés. Ainsi Fiat, qui ne monte plus sa voiture économique, continuera à  investir le marché national à  partir de sa chaà®ne brésilienne de montage. Sur ce segment, Renault et Peugeot ont doté leurs utilitaires (Kangoo, Partner) de portières latérales arrières et les ont rendus plus conviviaux tout en baissant leurs prix. Ces véhicules, montés par la Somaca, bénéficieront des avantages accordés à  la voiture économique. Une convention dans ce sens a été signée entre les deux concessionnaires et l’Etat, mardi 27 janvier