Les ventes des ordinateurs sont en recul de 10% à  fin septembre

Les PC portables en légère croissance. La vente des ordinateurs de bureau en chute libre. Les prix sont en baisse de 4.5% en moyenne.

Les ventes d’ordinateurs sont en souffrance pour ce troisième trimestre 2012. Le chiffre d’affaires global des neuf premiers mois s’établit à 110,1 MDH contre 122,4 millions pour l’égale période de 2011, soit un recul de 10%, d’après les chiffres du cabinet d’études GFK.

En volume, ce sont les ordinateurs de bureau qui accusent le coup : ils sont en baisse de 42,5% avec à peine 2 250 unités vendues contre plus de 3 700, il y a une année. «Cette baisse est expliquée par le repli de la demande du grand public qui préfère plutôt se tourner vers des appareils plus légers et donc favorisant la mobilité», déclare un revendeur agréé de matériel informatique. Les ordinateurs portables représentent maintenant 89% du marché. Mais, malgré leur commodité, ils n’arrivent à réaliser qu’une croissance timide en volume avec 18 373 unités vendues, soit à peine 4% de plus que pour les trois premiers trimestres de 2011. Toujours selon les chiffres de GFK, cette hausse a été accompagnée d’une stagnation du chiffre d’affaires qui totalise 94,5 MDH. Ce surplace est engendré par la baisse des prix de 4,5%, à 5 142 DH en moyenne pour les ordinateurs portables et 6 925 DH pour les ordinateurs de bureau.

Le comportement de ce marché connu pour ses innovations technologiques est expliqué en partie par la concurrence de plus en plus rude exercée par les tablettes tactiles et les smartphones.

Les tablettes tactiles menacent
les ordinateurs

Les tablettes, par exemple, ont connu en à peine deux ans un engouement sans précédent grâce à leur positionnement comme produit de substitution. «Une partie de la clientèle qui investit dans un ordinateur portable recherche une machine pour accéder à Internet et aux réseaux sociaux, envoyer des mails et éventuellement travailler sur une suite bureautique. La tablette leur offre toutes ces possibilités avec une mobilité accrue et une ergonomie certaine», explique un commercial d’un magasin spécialisé. Le consommateur a donc vite fait d’opérer un arbitrage dont la principale victime reste sans conteste le notebook (le plus petit ordinateur portable), voué à disparaître. Surtout avec l’annonce sur le marché des nouveaux ordinateurs hybrides (tablette tactile pouvant être reliée à un clavier physique pour constituer un PC) tournant sous le nouveau système d’exploitation de Microsoft : Windows 8.