Les ventes de voitures explosent

A fin mai, les transactions ont progressé de 35,6% par rapport à la même période de 2015, à 63 130 unités. Tous les distributeurs ont profité de l’embellie. A la différence des éditions précédentes, l’Auto expo 2016 a généré un surplus d’activité pour les concessionnaires.

Après confirmation de la reprise sur le marché automobile au premier trimestre, les ventes de voitures particulières ont crevé le plafond à fin mai. Comme prévu, le Salon auto, qui soufflait sa dixième bougie cette année, a tenu toutes ses promesses. Une première depuis bien quelques années, l’activité de l’ensemble des opérateurs est en hausse. Mieux, pour le top ten, le taux de croissance à fin mai ne descend pas au-dessous de 23% et va jusqu’à 90%. Selon les chiffres de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (Aivam), les transactions du secteur se sont inscrites en nette hausse de 35,6%, à 63 130 unités contre 46 553 à fin mai 2015. Visiblement, les professionnels qui défendaient que l’Auto expo générera cette année un surplus d’affaires ne se sont pas trompés. A la différence des éditions précédentes où les clients reportaient leurs intentions d’achat en attendant le salon et ses offres, cette année, la manifestation a intervenu dans un contexte de marché déjà très dynamique. Au premier trimestre, l’activité des concessionnaires affichait déjà 22% de croissance. 

Il faut dire que tous les moyens ont été mobilisés pour faire du rendez-vous bi-annuel un succès. L’espace d’exposition est ainsi passée en de 15 000 à 25 000 m2. Plus de 250 000 visiteurs, 60 marques et pas moins de 300 modèles, dont 20 lancés avant-première au Maroc, rendent compte de la montée en cadence de cette grand-messe de l’automobile.

Dacia-Renault, Ford et Hyundai forment le trio de tête

D’après plusieurs concessionnaires présents, les ventes ont enregistré une croissance de 20 à 25% par rapport à l’édition de 2014. Cette année, les ventes ont frôlé les 15 000 véhicules. Pour le comité d’organisation, la majorité des marques ont atteint les objectifs de ventes fixés pour cette manifestation. «Les importateurs sont d’autant plus satisfaits que les transactions ne se sont pas arrêtées durant les mois précédant le Salon», se félicite un importateur. Cela dit, le Salon a mis en lumière un changement notable dans l’attitude des visiteurs. Plus avertis, les clients ne sont plus attirés par la remise, mais cherchent avant tout la marque qui satisfait le mieux leurs exigences.

En dehors de l’effet Salon, les concessionnaires s’accordent à dire que le marché confirme sa reprise amorcée depuis 2015 déjà. Selon eux, les conditions de croissance durable sont aujourd’hui réunies. En l’occurrence, des ménages dans la recherche de moyens de mobilité, des offres très compétitives qui font baisser significativement le rapport prix-équipement, un financement de plus en plus disponible et à des conditions intéressantes, des taux d’intérêt en baisse et une large gamme de véhicules renouvelée tout au long de l’année.

Le potentiel de croissance est avéré. En comparaison avec les marchés algérien et tunisien, par exemple, le niveau de ventes moyen sur les trois dernières années (120 000 unités) reste limité. Le taux d’équipement des ménages est faible, s’établissant à 65 véhicules pour 1 000 habitants contre 700 pour les marchés européens et 140 du côté des voisins maghrébins.

Par marque, Dacia affirme sa suprématie  : 17 400 unités ont en été vendues contre 14 254 à fin mai 2015, en hausse de 22%. Elle contrôle ainsi 28% du marché. Renault est assez loin de sa marque fétiche. Ses ventes se sont bonifiées de 45%, à 6434 véhicules.

Ford confirme sa place de troisième. Avec 6 173 transactions, elle réalise une prouesse  de 70 % par rapport à fin mai 2015. La marque à l’ovale bleu reste, tout de même, talonnée par Hyundai qui a vu ses ventes augmenter de 30%, à 4834 unités.

Le luxe se vend toujours bien

Cinquième du marché, Peugeot signe un bon cru grâce à des transactions en hausse de 23% à 4 229 véhicules. Arrivant de loin dans la configuration du marché en 2015, Volkswagen fait un mois de mai exceptionnel ! La marque allemande a écoulé plus de 4124 unités contre pas plus de 2170 un an auparavant. Fiat n’est pas en reste. La marque du groupe FCA a vu son activité croître de 26,6%, grâce à 3971 nouvelles immatriculations. Toujours aussi agressive avec son nouveau Qashqaï, Nissan termine le mois de mai sur une hausse de 40%. En cinq mois, la marque nippone a vendu 2563 unités contre 1824 en 2015. Neuvième du palmarès, Citroën finit le mois sur un cumul de vente de 2563 unités, 40,5% de plus qu’en mai 2015. Terminant le top ten, Toyota se contente d’un peu plus de 1700 transactions contre un millier auparavant.

  Le luxe est également en très bonne forme. Les ventes de BMW se sont améliorées de 31%, à 1 087 unités. La marque de Smeia est suivie de près par Mercedes, qui réalise 1 044 transactions en hausse de 30% par rapport à fin mai 2015. Jeep continue ses prouesses! La signature de FCA a écoulé 892 véhicules contre pas plus de 382 un an auparavant, soit 133% de hausse. Toujours aussi dynamique grâce à l’Evoque et au Range Rover, Land Rover ne démérite pas et voit ses ventes croître de 50%, à 800 unités.

Par segment de marché, la demande reste très orientée vers les citadines, les SUV et les compactes. Ce dernier segment, en mauvaise posture depuis plus de deux ans déjà, a retrouvé une partie de sa forme lors du salon. Ses ventes sont en hausse de 2 à 4%, selon les concessionnaires. A contrario, l’activité du VUL, bien qu’elle limite sa casse par rapport aux mois précédents, reste en décrochage. Le segment a enregistré moins de 4 200 transactions contre 5 000 à fin mai 2015  en recul de 15%.