Les ventes de ciment ont progressé de 2,35% en mai

Pour les 5 premiers mois, le recul par rapport à  la même période de 2008 n’est que de -0,78%.

Toutes les régions en baisse à  l’exception de l’oriental.

Les cimentiers peuvent souffler. Après un premier trimestre très difficile, les ventes semblent retrouver une tendance ascendante. Pour le seul mois de mai, elle ont progressé de 2,35% comparativement au même mois de l’année précédente à 1,39 million de tonnes. C’est ce qui se dégage des derniers chiffres de l’Association professionnelle des cimentiers (APC). Sur les cinq premiers mois, l’écart part rapport à la même période de 2008 est presque résorbé. Le recul n’est plus que de -0,78% à 6,15 millions de tonnes, au lieu de -3,64% à fin février, -2,48% à fin mars et -1,66% à fin avril. Bien entendu, chaque période est comparée à son équivalent de l’année précédente. Une nette amélioration est donc constatée, qui témoigne, si besoin est, de «la reprise continue des chantiers après les intempéries du début de l’année et la grève du mois d’avril», explique-t-on auprès de l’APC. Mieux encore, les  ventes du mois de mai 2009 se situent  au-dessus de la moyenne mensuelle de 2008.

800 000 t en cinq mois dans l’Oriental
Par régions, le centre-sud (Marrakech, Tadla-Azilal et Doukkala-Abda), le centre-nord-est (Rabat-Salé, Meknés Fés et régions) et l’ouest (Grand Casablanca et Chaouia-Ourdigha) sont les premiers consommateurs. Ces trois régions dépassent les 250 000 tonnes vendues en mai. Le nord (Tanger et Tétouan), le sud et l’oriental se maintiennent quant à eux sous la barre des 200 000 tonnes. La même configuration prévaut sur les cinq premiers mois. Les trois premières régions dépassent 1,2 million de tonnes, alors que les autres affichent moins de 900 000. Cependant, avec un peu plus de 800 000 tonnes, l’oriental est la seule région à avoir consommé plus que l’année dernière quand bien même les ventes ont diminué en mai dernier par rapport à mai 2008. Cela s’explique, entre autres, par les gros chantiers d’infrastructures et de la station de Saïdia. Dans les régions de grande consommation, le centre-sud et l’ouest, l’évolution du marché continuera en revanche de reposer sur les mises en chantier de logements à usage d’habitation ou touristique.
Les chiffres de l’APC montrent également que le négoce continue d’accaparer le gros des ventes de ciment avec 73% à fin mai dernier, contre 72% durant la même période un an auparavant. Les BTP suivent avec 11% (légère baisse par rapport aux 13% de l’année dernière), alors que les bétons prêts à l’emploi (BPE) et le préfabriqué se situent respectivement à 10% et à 6%. Le conditionnement en sac reste prédominant. Il concerne 72% des ventes contre 22% pour le vrac.