Les pays de la région MENA en quête d’idées pour renforcer leur coopération

La priorité a été donnée à l’adoption d’un modèle de coopération basé sur une intégration effective au niveau de la région. Le Royaume a transmis la présidence de l’Initiative à la Tunisie pour la session 2016-2020.

«L’intégration régionale pour une croissance inclusive». C’était le thème de la réunion du comité de pilotage de l’initiative MENA-OCDE pour la gouvernance et l’investissement à l’appui du développement, qui s’est tenue le 9 novembre à Rabat. L’objectif est de préparer la Conférence des ministres des pays MENA-OCDE qui se tiendra l’année prochaine et l’élaboration des orientations stratégiques du nouveau mandat de l’Initiative pour la période 2016-2020, dans le sillage des évolutions que connaît la région arabe et les défis économiques et administratifs posés à l’échelle régionale et internationale.

Mohamed Louafa, ministre chargé des affaires générales et de la gouvernance, estime que «cette rencontre reflète notre volonté d’adopter un modèle de coopération reposant sur une intégration effective au niveau de la région MENA, en vue de réaliser la croissance économique et promouvoir l’investissement, à travers l’ancrage des principes de la bonne gouvernance et l’amélioration de la compétitivité des économies de ces pays».

Une plate-forme de dialogue et de partage d’expériences

Constitué en 2005, ce cadre de concertation a connu trois sessions: 2005-2007, 2007-2010 et 2010-2015, dont le Maroc assure la présidence aux côtés de la Suède et de l’Espagne. La Tunisie prendra le relais pour la période 2016-2020. Il réunit des représentants de 18 gouvernements de la région MENA, de 34 pays membres ou partenaires de l’OCDE et aussi de diverses organisations à travers le monde. Son but principal est le partage des bonnes pratiques dans un large éventail de politiques publiques, sur le modèle de dialogue et d’apprentissage par les pairs de l’OCDE. Il vise l’amélioration des cadres d’investissement dans les pays de la région MENA, par la promotion de «vastes réformes» destinées à améliorer le climat des affaires, la diffusion des normes et principes de bonne gouvernance, ainsi que le renforcement des partenariats nationaux et internationaux.

L’Initiative constitue également une plate-forme de dialogue avec la société civile, le monde des affaires et le milieu académique, dans le but d’identifier collectivement les priorités de la gouvernance publique et les réformes en faveur du climat des affaires, tout en soutenant leur mise en place. C’est ainsi que le travail de l’Initiative est fondé sur deux piliers, à savoir le Programme MENA-OCDE pour la gouvernance et le Programme MENA-OCDE pour l’investissement. Ces deux piliers fonctionnent en coordination pour la mise en place d’activités, notamment dans les domaines de l’intégrité et l’intégration des femmes dans la vie publique et l’économie.