Les Marocains friands de produits high-tech

L’observatoire de Wafasalaf a mené une enquête auprès de 1 212 personnes vivant dans le périmètre urbain et semi urbain. Plus de 60% des familles considèrent que leur capacité financière ne s’est ni dégradée ni améliorée, mais elles continuent de s’équiper en produits de NTIC et en électroménager.

L’observatoire Wafasalaf a publié son enquête sur la place des produits NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) et électroménagers dans la consommation des ménages marocains. Elle a été menée entre le 25 janvier et le 14 février 2017 sur un échantillon de 1 212 personnes à Casablanca, Rabat-Salé, Tanger, Fès, Oujda, Marrakech, Béni-Mellal et Agadir. La population ciblée est composée de chefs de ménage âgés de 25 à 67 ans en périmètre urbain et semi-urbain. L’endettement, le revenu, le pouvoir d’achat et l’épargne ont été mesurés. De par cette enquête, Wafasalaf veut d’abord connaître la situation économique des ménages marocains. Globalement, celle-ci évolue négativement bien que plus de 60% des familles considèrent que leur capacité financière ne s’est ni dégradée ni améliorée. Pour 25% du panel sondé, le pouvoir d’achat, le revenu et l’épargne se sont détériorés. L’endettement s’est accru pour 15% de l’échantillon. La situation économique s’est améliorée pour seulement 8 à 14% du panel.

En comparaison avec 2016, les charges liées à l’alimentation ont baissé de 13 à 14% et celles liées à l’assurance, au logement, à l’équipement du foyer, aux vacances et aux loisirs ont stagné.

Peu d’égard pour les loisirs et l’épargne

Dans le même temps, les Marocains continuent de s’équiper en produits NTIC. 78% des ménages ont un smartphone, en hausse de 2 points par rapport à l’année dernière. L’équipement en micro-ordinateur est par contre en baisse de 7% en 2017 par rapport à 2016. Au total, 56% des répondants déclarent avoir un micro-ordinateur en état de fonctionnement. Les tablettes tactiles sont, elles, plus prisées par les CSP AB qui affichent un taux d’équipement de 65%. Pour cet appareil, le taux d’équipement est resté stable.

Le mode de paiement privilégié pour l’achat des produits NTIC reste l’autofinancement, qui varie de 75 à 88% selon le produit. Néanmoins, une baisse de 1 à 8% est constatée en comparaison avec l’année dernière. Inversement, le recours au crédit gagne du terrain (de 2 à 8% dépendamment des NTIC), surtout pour l’achat d’ordinateurs.

Le marché de l’électroménager est pour sa part porté par les réfrigérateurs et les lave-linge (en renouvellement) et les téléviseurs (en achat complémentaire). Les ventes de certains produits comme les cuisinières, les fours et les lave-linge ont évolué de 1 à 5%.

En face, on remarque une professionnalisation de la distribution avec 9 achats sur 10 en grand magasin ou auprès des revendeurs indépendants. Cette tendance est surtout portée par les CSP AB. En revanche, les intentions d’achat sont en recul de 10 points pour les téléviseurs et 2 points pour les réfrigérateurs et les lave-linge.

De manière générale, le Marocain continue de s’équiper, dans un contexte de stabilité du pouvoir d’achat, au détriment des loisirs et de l’épargne.