Les fournisseurs de matériaux de construction boudent l’appel d’Al Omrane

Al Omrane prolonge le délai de dépôts des propositions de prix pour les matériaux jusqu’au 12 janvier. La fédération du secteur a saisi 1 200 opérateurs dans ce sens et compte lancer une campagne de sensibilisation. Les cimentiers s’engagent à  fournir du ciment aux prix de 2007.

Al Omrane vient de proroger le délai de l’appel à manifestation lancé pour sélectionner des fournisseurs de matériaux de construction pour les logements à 140 000 DH. Ainsi, les industriels et importateurs, qui avaient jusqu’au 15 décembre dernier pour soumettre leurs offres, ont bénéficié d’un mois supplémentaire, soit jusqu’au 12 janvier.
Pour le holding public d’aménagement, qui s’est engagé à réaliser plus de 22 000 logements à 140 000 DH (sur les 132 000 unités prévues dans ce programme) avant la fin 2009, «parmi les aspects significatifs identifiés pour favoriser la mise en œuvre du programme figurent la maîtrise des coûts, la disponibilité des matériaux de construction, ainsi que la garantie de leur qualité», souligne-t-on auprès de l’aménageur public. C’est dans ce sens qu’Al Omrane et la Fédération des industries des matériaux de construction (FMC) ont donc lancé un appel ouvert à l’ensemble des industriels du secteur. Ce marché «concerne uniquement les logements qui seront construits par Al Omrane dans le cadre du partenariat public/privé», précise Mounia Lahlou, directrice de la promotion immobilière.
Selon David Toledano, président de la FMC, «il faut soutenir ce projet d’abord parce qu’il bénéficie aux plus démunis et ensuite parce que nous n’avons pas de visibilité par rapport à l’année 2009». Et d’ajouter : «Nous pensons que la baisse des prix des matériaux de construction poussera les industriels et les importateurs à soumissionner».

1 200 fournisseurs potentiels saisis par mailing
Pour le patron de la FMC, Al Omrane, qui s’est engagé à réaliser 50% des unités prévues par le programme des logements à 140 000 DH, ne peut pas réussir son pari sans l’adhésion des fournisseurs de matériaux de construction. «D’ailleurs, poursuit-il, la fédération entend bien saisir cette occasion pour lancer un appel aux entreprises du secteur pour qu’elles répondent favorablement à l’appel à propositions».
En attendant, l’appel ne semble pas attirer grand-monde. D’ailleurs, la prolongation du délai de dépôt des propositions s’explique par le peu d’intérêt manifesté par les industriels et les importateurs. «Nous n’avons pas eu d’adhésion massive de la part des promoteurs immobiliers, reconnaît-on auprès de la FMC. Et ce n’est pas faute d’avoir essayé. «Au niveau de la fédération, nous avons adressé un mailing à plus de 1 200 professionnels pour les inviter à adhérer à l’appel à manifestation. Nous songeons à organiser une conférence pour essayer de toucher le maximum de professionnels», précise M.Tolédano.
Du côté des professionnels, l’appel à manifestation ne laisse pas insensible. «Nous n’avons jamais refusé de soumissionner. Mais malgré les prix bas des matériaux de construction, il est difficile de faire une proposition intéressante. C’est pour cette raison que l’appel n’a pas provoqué l’effet de masse escompté», confie un importateur de bois pour la construction. Par exemple, les prix du bois blanc et du bois de coffrage, qui constituent les deux variétés les plus utilisées dans la construction, ont dégringolé depuis la mi-novembre pour atteindre des niveaux très bas (28 DH le mètre pour le bois blanc et 2 600 DH le m3 pour le coffrage).
Le problème se pose autrement pour les cimentiers. Ils affirment vouloir adhérer au projet de logement à faible coût, mais sont confrontés à un obstacle de taille : l’augmentation des prix du ciment. «Il faut d’abord savoir que cette augmentation qui est due à la flambée des prix de la coke de charbon a été répercutée progressivement afin de ménager le client final. Par ailleurs, le ciment ne représente que 8 à 10% du coût de construction global d’un immeuble. L’augmentation de 8% du prix du ciment ne représentant donc qu’une part infime dans le coût global de construction», explique Abdeljalili El Hassani, vice-président du directoire d’Holcim Maroc. Mais en dépit de la dernière augmentation du prix du ciment, l’Association professionnelle des cimentiers (APC) vient de conclure un accord avec le minstère de l’Habitat. «Notre association est sur le point de signer une convention avec le ministère. Selon cet accord, les cimentiers s’engagent à fournir du ciment pour les logements à 140 000 DH aux prix de 2007,soit une réductiond’environ 100 DH par tonne par rapport aux tarifs actuels» confie Driss Cherrak, président de l’APC.