Les fonctionnaires peu portés sur la retraite complémentaire

La Caisse marocaine de retraite dispose d’un régime complémentaire « Attakmili » depuis janvier 2005. A ce jour, pas plus de 3 700 fonctionnaires et agents y adhèrent. Les rendements sont pourtant très intéressants.

Décidément, la culture de la prévoyance sociale tarde à s’installer. C’est seulement à l’approche de la retraite ou après le départ à la retraite que les inquiétudes sur la modicité de la pension perçue ou à percevoir commencent à tenailler nombre de travailleurs…imprévoyants. Et quand ce comportement concerne des fonctionnaires, il y a de quoi s’interroger.

Les affiliés au régime de base de la CMR (les fonctionnaires stagiaires et titulaires de l’Etat, les agents titulaires et stagiaires des collectivités locales, les personnels de certains établissements publics affiliés à la CMR, les personnels de l’armée et des forces auxiliaires) ont en effet la possibilité de souscrire à une retraite complémentaire, facultative et individuelle, “Attakmili”, qui permet, moyennant des cotisations de son choix, de percevoir, une fois parti à la retraite, outre la pension de base, une rente viagère ou bien, suivant ses convenances, le capital ainsi constitué. L’affilié peut même, s’il le souhaite, choisir une combinaison entre l’option capital et l’option rente (pension).

Ce régime existe depuis janvier 2005. D’après les dernières statistiques arrêtées par la CMR à fin 2017, le nombre d’adhérents à ce régime est d’environ…3 700 personnes et les bénéficiaires pas plus d’une centaine. C’est ridiculement bas quand on sait que la CMR compte près de 1 millions de cotisants.

Des cotisations à partir de 50 DH par mois

Pourquoi les salariés affiliés à la CMR ne se couvrent pas contre les aléas de la vie (et des vieux jours surtout) via ce régime pourtant si attractif ? Selon des données obtenues auprès de la caisse, les rendements du régime complémentaire “Attakmili” sont pourtant assez intéressants. En 2017, le taux de rendement était de 8,02%, et l’année précédente, il avait dépassé 10%. Depuis 2010, le taux de rendement du régime était toujours supérieur à 7%. Comme le confient les responsable de la caisse, ces rendements élevés s’expliquent par plusieurs facteurs : absence de frais d’intermédiation, gestion financière réalisée en interne donc maîtrise des frais y afférents, redistribution totale et exclusive des produits financiers aux affiliés du régime complémentaire…

A partir de 50 DH par mois de cotisations, un fonctionnaire ou un agent peut bénéficier des avantages de ce régime. Pourquoi l’on ne s’y précipite pas ? Parce que la retraite de base de la CMR est conséquente? Certainement, mais pas pour tout le monde. Surtout depuis le changement des paramètres de liquidation. La réforme sera-t-elle le déclic pour le développement du régime complémentaire ?