Les exportations de produits artisanaux progressent de 18,43% au premier semestre

Les ventes ont été tirées par le groupe poterie et pierre, les tapis et le fer forgé. Les articles chaussants, les vêtements, la maroquinerie et la bijouterie sont en recul. Les exportations vers l’Europe ont progressé de 27,51%.

Le secteur de l’artisanat a connu une évolution contrastée au courant du premier semestre de cette année. Si plusieurs catégories de produits ont enregistré des progressions à l’export plus ou moins satisfaisantes, quelques autres ont au contraire connu des pertes parfois importantes. Il en va ainsi des articles chaussants, de la bijouterie, du bois, de la maroquinerie et des vêtements. Catégorie la plus touchée, les articles chaussants ont vu leur chiffre d’affaires à l’exportation chuter de 37,25%, à fin juin, à près de 3,3 MDH. Les vêtements suivent avec une baisse de 12,14%, aboutissant à un chiffre d’affaires de 20,6 MDH. La bijouterie a pour sa part encaissé 609016 DH, en repli de 11,23% par rapport à l’année précédente. La maroquinerie et le bois reculent quant à eux de 5,18% et 5,12%, à 13,9 et 17,7 MDH.

D’un autre côté, le chiffre d’affaires de la dinanderie a fait un bond de 137,32%, passant de 3,5 MDH à 8,3 MDH. La vannerie n’est pas en reste avec un chiffre d’affaires en progression de 53,77%, passant de 19,7 MDH au premier semestre 2013 à 30,4 MDH. Les producteurs de couvertures artisanales ont également de quoi se réjouir puisque les exportations ont enregistré une amélioration de 50,35%, à 11,6 MDH. La poterie et la pierre ont quant à elles vu leurs recettes à l’exportation passer de 35,8 MDH à 47,7 MDH, soit une progression de 16,20%. Les tapis s’en sortent également très bien avec une hausse de 14,27%, à 37,9 MDH. Enfin, le fer forgé a connu un premier semestre 2014 tout à fait honorable puisque ses ventes se sont appréciées de 12,63%, à 19,2 MDH.
A noter que les exportations de la catégorie «Divers», qui regroupe principalement les produits hybrides fabriqués à partir de différentes matières, ont elles-mêmes augmenté de 60%, à 29,7 MDH.

Fès, Kénitra et Meknès au creux de la vague

Globalement, grâce à une plus forte proportion d’activités qui ont connu un premier semestre positif, le secteur conclut les 6 premiers mois avec une progression de 18,4% de son chiffre d’affaires à l’export, soit 235 MDH contre 198 MDH une année auparavant.
Réalisant à eux quatre plus de la moitié des exportations au premier semestre 2013, la poterie et la pierre, les tapis, la vannerie et les vêtements ont vu leur poids rester stable en 2014 (55,5%).
L’Europe reste le premier débouché de l’artisanat marocain, avec 48,5% des exportations et près de 114 MDH de chiffre d’affaires réalisé dans cette région au premier semestre 2014, soit 27,51% de plus qu’à la même période de l’année dernière. A l’exception du marché italien, où les exportations d’artisanat ont décru de 12,06%, à 3,6 MDH, toutes les destinations clientes de l’artisanat national observent des progressions très correctes, allant de 5,45% (Allemagne) à 169,32% (Suisse). L’Espagne (+98,74%) et la Belgique (+29,53%) ont particulièrement apprécié l’artisanat marocain au cours de ce premier semestre. La valeur des exportations vers l’Australie (+24,74%), les pays arabes (+18,04%) et les Etats-Unis et le Canada (+9,53%) ont également enregistré une croissance. En revanche, les pays africains (-67,38%) et le Japon (-23,34%) ont comprimé leurs achats.

Au Maroc enfin, si certains centres de production s’en sont plutôt bien sortis au premier semestre, cela n’a pas été le cas de Fès, Kénitra et Meknès. Ces régions ont en effet vu leur chiffre d’affaires à l’export baisser respectivement de 7,96%, 15,18% et 33,98%. Tanger (+157,47%), Safi (+80,44%), Agadir (+77,75%), Oujda-Nador (+60,66%) et Casablanca (+44,14%) ont particulièrement bien tiré leur épingle du jeu au cours des six premiers mois de l’année en enregistrant les plus fortes progressions de chiffre d’affaires à l’export du pays. Rabat (+10,45%), Ouarzazate (+7,91%), Essaouira (+2,82%) et Marrakech (+1,59%) ont également connu un semestre positif, même si la ville ocre, avec sa très légère croissance, semble vivre un passage à vide.