Les explications du propriétaire des murs à propos de la fermeture du Sofitel Bay d’Agadir

• Pas de renouvellement de partenariat avec RISMA.
• L’établissement devrait poursuivre son activité dans la station balnéaire sous une nouvelle enseigne.
• Il est bien possible qu’un contrat de gestion soit conclu directement avec le groupe français Accor.

La cessation d’activité de l’hôtel Sofitel Bay d’Agadir, annoncée récemment, ne se traduira pas par une perte de lits et d’emplois pour la station balnéaire. C’est du moins ce qu’assure et promet Dr Sheikh Ahmed Bin Saif Al Nahyan, président de la société ABS Holding, propriétaire de l’établissement. L’homme d’affaires émirati confirme bien que le contrat de location-gérance, le liant au groupe RISMA, arrivera à échéance le 30 juin prochain et qu’il ne compte pas le renouveler. Il indique par contre qu’il a reçu d’autres propositions de partenariat et qu’il est actuellement en négociations avec d’autres potentiels gestionnaires.
L’établissement pourrait bien de nouveau être commercialisé sous une enseigne Accor. Dr Sheikh Ahmed Bin Saif Al Nahyan semble en parfaite collaboration avec le groupe hôtelier français. Le milliardaire émirati développe déjà en effet un partenariat réussi avec Accor dans la région Mena. On pourrait même dire qu’il a joué un rôle prépondérant dans le plan d’expansion du groupe français à Abu Dhabi en particulier depuis 2012 à travers l’implantation de l’Ibis et Novotel Gate.
Quel projet formeraient ces deux partenaires pour l’hôtel d’Agadir ? On ne tardera pas à le savoir. Pour l’heure, au Sofitel Agadir Royal Bay Resort, c’est le coût social de la cessation de l’activité qui fait l’actualité. Plus de 200 salariés sur plus de 10 000 emplois environ devront être licenciés avant la saison estivale. Ce qui représente une enveloppe conséquente. Pour le moment, employeur et employés tentent de s’entendre. Une première réunion de la commission préfectorale d’enquête et de conciliation d’Agadir-Ida Outanane s’est tenue à ce sujet à la wilaya du Souss Massa. Des réunions techniques avec les parties concernées sont prévues et une prochaine réunion est annoncée pour le 28 mai.
Depuis sa construction début 2000, cet établissement de 273 chambres implanté sur un terrain de 42 630 m2, une des meilleures parcelles du front de mer dans le Founty à Agadir, a beaucoup fait parler de lui. C’est tout d’abord sous l’enseigne Hard Rock qu’il devait être commercialisé. C’est ce qu’avait annoncé le promoteur, lors de la présentation du projet en 1999. Mais à l’achèvement du chantier, c’est l’enseigne Millénium que le nouvel hôtel a arboré en 2003, suite à un contrat de gestion conclu entre la chaîne éponyme et les propriétaires de l’hôtel ABS Holding. Ce partenariat ne durera pas. En 2004, les parties prenantes se séparent. Les unes et les autres avançant le non-respect des engagements du partenaire. C’est ainsi qu’au cours de la même année, RISMA s’est alliée avec le propriétaire de l’hôtel pour l’exploitation et la commercialisation de l’établissement. Un lieu qui été le théâtre de nombreux événements prestigieux de la ville, contribuant fortement à l’animation de la destination. Qui poursuivra l’épopée de cet établissement ? Il faudra attendre la reprise de l’activité pour s’assurer du devenir de ce fleuron de l’hôtellerie de la station balnéaire. Au-delà du maintien du nombre de lits et d’emplois générés par l’hôtel, une telle structure a aussi un rôle d’animation et de promotion de toute une destination, sur lequel il est important de focaliser dans sa commercialisation.