Les Espagnols s’en vont, la CDG devient l’unique gestionnaire des 5 000 places de stationnement à  Rabat

Saba Aparcamientos et Alcantara ont cédé les 61% qu’ils détenaient dans Rabat Parking à  18 MDH.
La commune de Rabat devient majoritaire dans la nouvelle société de gestion.

Le long feuilleton de Rabat Parking vient de prendre fin. Après des négociations longues, parfois mouvementées, qui ont duré plus d’un an, la Compagnie générale des parkings, CG Park, filiale de la CDG, a racheté la totalité des parts des deux actionnaires espagnols dans Rabat Parking que sont Saba Aparcamientos, qui détenaient 51% du capital, et Alcantara qui en avait 10%. Début octobre, les deux actionnaires sortants ont empoché un chèque de 18 millions de DH (après apurement du passif) représentant 60% de la valeur de l’entreprise, soit 30 millions de DH, telle qu’elle avait été déterminée par des estimations commanditées par CG Park. D’ailleurs, c’est sur cette valorisation que s’était basée la CDG pour faire sa dernière offre en juillet 2010. Curieusement, au lendemain de cette offre, la direction générale de Saba avait exprimé des réserves, estimant que l’offre n’était pas raisonnable. Ce n’était pas la première fois. Depuis que les Espagnols avaient mandaté un cabinet d’affaires pour la vente de leur part dans Rabat Parking, en août 2009, CG Park a fait plusieurs offres que les actionnaires qualifiaient à chaque fois d’insuffisantes. Fin 2009, les négociations étaient dans l’impasse et s’en suivit même pour les premiers mois de 2010, une bataille juridique entre les deux parties. Finalement, en juillet, les esprits se calmèrent de nouveau. D’où l’offre de la CDG.

La concession sur 30 ans du parking de la Mamounia posait problème

En juillet dernier, et dans une lettre adressée au maire de Rabat, Fathallah Oualalou, l’entreprise espagnole confirmait, en effet, «son souhait de céder ses actions dans le capital de Rabat Parking sous réserve des conditions de marché acceptables». Mais deux mois plus tard, les Espagnols ont donc fini par céder en acceptant les conditions de la CDG. Le forcing exercé par cette dernière a-t-il fini par porter ses fruits ? Peut-être mais un autre élément peut également expliquer ce revirement. En fait, depuis janvier dernier, le maire s’était lui-même saisi de l’affaire. Dans deux correspondances officielles adressées à la direction générale de Rabat Parking, en janvier puis en février,     M. Oualalou avait rappelé à la société que son contrat de gestion déléguée des parkings allait expirer le 15 octobre 2010 et, surtout, il avait clairement notifié que la commune ne souhaitait pas renouveler ledit contrat.
Donc, à compter du 15 octobre, Rabat Parking n’était légalement plus le gestionnaire délégué des parkings et la commune est devenue libre de ses mouvements. Pourquoi alors cette opération de rachat ? Parce que tout simplement, en plus des zones de stationnement avec horodateurs en centre-ville, Rabat Parking détenait une concession de 30 ans pour l’exploitation du parking dit de la Mamounia qu’elle avait elle-même construit. Mieux, en vertu du contrat de gestion, la société bénéficiait d’une protection dans toute la zone environnante. En effet, l’article 6 du contrat obligeait la commune de Rabat Hassan, l’autorité délégante, à maintenir une zone de protection dans un rayon de 500 mètres autour du parking souterrain. Dans cette zone, le gestionnaire, en l’occurrence Rabat Parking, a l’exclusivité de l’exploitation des aires de stationnement actuelles et même à venir sur toute la durée de la concession dudit parking, à savoir 30 ans. Et il se trouve qu’aujourd’hui, sur les cinq zones de stationnement exploitées par Rabat Parking, trois sont justement situées dans cette zone protégée avec un total de     2 000 places de stationnement, soit donc la moitié du nombre total de places gérées par Rabat Parking dans toute la ville. Du coup, le nouveau gestionnaire du stationnement, en l’occurrence CG Park, ne pouvait donc entamer ses activités tant que Rabat Parking continuait d’exploiter son parking et sa zone d’exclusivité. C’est d’ailleurs au sujet de ce volet précisément que les négociations entre les parties ont souvent buté.

Bientôt 2 000 places payantes en plus à Rabat

Changement donc de concessionnaire délégué mais également de type de contrôle. Pour ne plus retomber en situation de blocage, le conseil de la ville a décidé de changer la configuration de la société qui gérera désormais les parkings de la capitale. Ainsi, dans la foulée du départ des actionnaires espagnols et l’arrivée des nouveaux, une nouvelle société mixte vient d’être créée à la place de Rabat Parking. A la différence de cette dernière, le capital de la nouvelle société sera détenu à hauteur de 51% par la commune de Rabat Hassan contre 49% pour CG Park. Mais ceci ne limitera en rien la marge de manœuvre du nouvel actionnaire. C’est que, en rachetant Rabat Parking, CG Park devient, de fait, l’unique opérateur pour toute la capitale. Avec le millier de places qu’elle a déjà en charge, soit 300 places à Hassan et près de 700 à Hay Riad, elle gérera désormais un parc de près de 5 000 places de stationnement et prévoit la réalisation d’une nouvelle zone de stationnement au centre-ville pour une capacité de 2 000 places supplémentaires. En même temps, CG Park tente également de développer ses activités dans d’autres villes. C’est le cas de Marrakech où elle avait remporté, à travers sa filiale Avilmar, le contrat de gestion déléguée des zones de parking depuis janvier 2009.