Les détails du plan d’action proposé

D’une quarantaine de pages, le document présentant le plan d’action revient sur l’ensemble des axes concernés par ce programme. Parmi les actions prioritaires figurent :
– les droits de l’homme : le Maroc examinera la possibilité de revoir les réserves qu’il a émises concernant certaines conventions internationales de droit de l’homme ; co-gestion des flux migratoires y compris la signature d’un accord de réadmission, et la possibilité de facilitation des visas de court séjour ;
– la négociation d’un accord de libéralisation des échanges dans le domaine des services, l’intégration progressive du marché électrique marocain au marché européen de l’électricité ;
– la maîtrise du déficit budgétaire à un niveau soutenable ;
– l’échange de vues sur l’opportunité d’un régime plus flexible du taux de change parallèlement au processus de libéralisation graduelle du compte capital;
– la promotion des droits culturels et linguistiques de l’ensemble de la nation marocaine ;
– l’appui à la réforme du régime foncier ;
– l’incitation à l’investissement privé dans le secteur agricole ;
– l’ouverture de négociations progressives sur les produits de la pêche
– la poursuite de la libéralisation des produits agricoles transformés ;
– Le développement d’un cadre réglementaire de la supervision des marchés financiers convergeant vers celui de l’Union européenne