Les cartes à  puce remplaceront les cartes magnétiques à  partir de fin 2006

Pas de changement d’utilisation pour les porteurs de cartes

La plupart des GAB et TPE sont compatibles.

Il était temps ! A fin 2007, l’ensemble des 2,8 millions de cartes bancaires (dont près de 1,9 million combinant retrait et paiement) en circulation au Maroc seront remplacées par des cartes à puce. Un gigantesque chantier qui commencera au second semestre 2006, selon les banquiers, alors qu’au Centre monétique interbancaire (CMI), les responsables, plus prudents, parlent plutôt de la fin 2006. Concrètement, chaque carte bancaire magnétique arrivée à échéance sera remplacée par une carte à puce. Certaines ayant une durée de vie de deux ans, il faudra attendre fin 2007 pour voir tout le parc renouvelé.

En principe, il n’y aura aucun changement en ce qui concerne les frais, indique-t-on, mais le coût reste à la discrétion de chaque banque. Pourquoi alors faire basculer ces cartes de la piste à la puce? L’avantage d’une carte à puce est double : primo elle offre plus de mémoire, donc des fonctionnalités supplémentaires (exemple : stockage des informations liées au client). Secundo, elle est plus sûre. Sans entrer dans les détails techniques, on peut dire, par exemple, que les paiements électroniques dans les grandes surfaces ou dans les restaurants seront systématiquement validés par le code digital que devra entrer l’utilisateur lui-même. Ce qui peut réduire les fraudes.

Cela pourrait aussi booster ce mode de paiement qui ne représente que 9 % des opérations effectuées par carte bancaire, le reste étant constitués par les retraits (cf. La Vie éco du 18 novembre). Signalons que la carte à puce n’est pas une nouveauté au Maroc puisque les groupes pétroliers et certaines enseignes de mobilier, en partenariat avec des sociétés de crédit à la consommation, en émettent déjà.

2 000 GAB et 10 000 TPE à fin septembre
Comment va s’effectuer la mutation ? En fait, elle a déjà commencé puisque «les guichets automatiques bancaires (GAB) installés au cours des dernières années, explique Rachida Benabdallah, DG du CMI, sont équipés pour la lecture des cartes à puce. Pour le reste des GAB (2000 à fin septembre), des aménagements seront effectués par les banques».
Côté TPE (terminaux de paiement électroniques), au nombre de 10 000, le CMI estime que 70 % d’entre eux sont prêts.