Les associations professionnelles accélèrent leur mise à  niveau

Les projets validés couvrent déjà  96 % de l’aide accordée par l’Union européenne n Une étude sur le tissu associatif professionnel a été lancée.

Leprogramme d’appui aux associations professionnelles (PAAP), financé par la Commission européenne et doté d’une enveloppe de 5 millions d’euros (environ 50 millions de DH), a tout l’air d’avoir atteint son rythme de croisière. Selon le directeur de l’unité de gestion, Omar Oukrid, 96 % de cette enveloppe sont déjà affectés à des projets qui ont été validés. En outre, sur 56 associations qui ont déposé leur candidature, 33 ont déjà signé leur contrat. Trois autres projets viennent tout juste d’être validés par le comité de gestion qui est composé des représentants de la Commission européenne, de la Confédération générale
des entreprises du Maroc (CGEM), du ministère de l’Industrie et d’Euro-Maroc-Entreprises (EME). Au niveau de l’exécution du programme, la Commission européenne a déjà débloqué une première tranche de 1,6 million d’euros (16 MDH).

Un deuxième programme d’appui n’est pas exclu
Ce programme, qui a démarré au début de l’année 2002, devrait normalement s’achever à la fin du mois de juin 2004. Mais il y a de fortes chances pour qu’il soit prorogé d’une année. C’est en tout cas le souhait de la partie marocaine qui devra discuter cette prorogation avec la Commission européenne. Car il faut reconnaître que le plan d’action du PAAP ratisse plutôt large. En effet, au niveau du financement des associations professionnelles, il agit à plusieurs niveaux. D’abord, au niveau de la structure même, en la soutenant pour qu’elle se dote de ressources humaines compétentes (recrutement et formation) mais aussi en équipement et matériel. Ensuite, l’association peut recevoir un soutien pour développer sa propre communication et ses supports (bulletin, revue, etc.). Enfin, l’association peut faire appel au programme pour la promotion du secteur qu’elle encadre, notamment en réalisant des études sectorielles et d’impact, en organisant des séminaires ou en prospectant des marchés, etc.
Par ailleurs, soulignons que le PAAP a lancé une grande étude sur le tissu associatif marocain. Cette étude, confiée au cabinet Mesnaoui-Mazars, permettra de constituer une base de données intégrant toutes les associations existantes ; d’autre part, elle listera tous les organes qui soutiennent le tissu associatif national. Mais sans doute, le travail de fond du cabinet réside dans le chapitre relatif au volet juridique et fiscal des associations. Le but étant de déboucher sur un projet de texte de loi pour organiser et régir le tissu associatif. L’étude qui a commencé en juillet, et dont une première partie a été présentée récemment à l’occasion d’un atelier, sera publiée intégralement à la première semaine de décembre 2003.
Enfin, les responsables du PAAP n’excluent pas de demander à la Commission européenne de financer un PAAP II à l’expiration du premier