L’équipementier HTK transfère une partie de sa production chinoise au Maroc

L’équipementier automobile asiatique HTK jette son dévolu sur le Maroc. Ce groupe basé à  Taipei s’apprête à  investir plus de 60 MDH (hors foncier) dans une nouvelle unité industrielle qui sera basée à  Casablanca sur un terrain de plus d’un hectare.

Entièrement tournée à l’export, HTK Morocco viendra compléter un dispositif industriel jusqu’à présent exclusivement concentré sur la Chine et Taiwan. Avec un objectif d’atteindre un effectif de plus de 250 salariés en vitesse de croisière, cette nouvelle filiale aura pour clients principaux les constructeurs européens déjà partenaires de sa maison mère tels Renault-Nissan, Fiat, Jaguar, Volkswagen et Land Rover.

C’est dire que le cluster automobile marocain, pour lequel l’implantation de Renault à Melloussa a constitué un tournant prodigieux, commence à ériger le Maroc comme plateforme industrielle alternative crédible pour les constructeurs et équipementiers d’un secteur de plus en plus mondialisé. Aussi, le groupe HTK a d’ores et déjà annoncé sur son site international qu’il compte transférer au Maroc une partie de son activité en Chine, notamment celle de fabrication d’antennes radios et amplificateurs pour automobiles. Une décision qui doit mettre du baume au cœur des instigateurs de la Stratégie nationale d’émergence industrielle qui, justement, ont beaucoup misé sur les facteurs de compétitivité du pays hors coûts salariaux (proximité de l’Europe, infrastructures de qualité, main-d’œuvre compétitive, stabilité politique…).

Il est à rappeler que HTK est spécialisé principalement dans les antennes et amplificateurs, la télématique de loisirs et autres produits d’électronique embarquée qui commencent de plus en plus à se démocratiser et à ne plus rester l’apanage des seuls véhicules de luxe. Outre sa présence industrielle en Chine et à Taiwan, ce groupe dont la création remonte à 1977 compte des filiales commerciales en Grande Bretagne et aux Etats-Unis.