Le trafic aérien a augmenté de 13% au cours des cinq premiers mois de 2004

Les vols directs entre l’Europe et Marrakech, Fès et Agadir se sont multipliés

En plus des compagnies traditionnelles, dix autres exploitent des lignes entre le Maroc et l’Europe.

Depuis un peu plus d’un an, la carte marocaine du ciel est en train de changer de fond en comble. On est loin de la situation qui prévalait encore l’été dernier quand l’essentiel des vols transitait par le hub de Casablanca ou encore quand l’affectation de nouvelles lignes se faisait au compte-gouttes. Cette ouverture du ciel, décidée, entre autres, pour appuyer «la Vision 2010» pour le tourisme, a entraîné une multiplication des lignes point à point sur les autres destinations. Les accords avec les compagnies aériennes et les tour-opérateurs (T.O.) des principaux marchés émetteurs de touristes vont bon train et les effets de cette libéralisation, aussi bien sur les prix que sur les arrivées touristiques, se font déjà sentir.

La liaison avec les principaux pays émetteurs est mieux assurée
En effet, et pour commencer par le plus grand de ces T.O., en l’occurrence l’allemand TUI, avec lequel le Maroc a établi un contrat en juillet 2003, trois accords d’application ont été signés avec ses filiales en Allemagne, en France et en Belgique. Ainsi, depuis le 10 juin 2004, décision a été prise pour que la compagnie aérienne allemande du groupe Hapag Lloyd desserve, dès novembre 2004, en lignes directes régulières, Agadir à partir de Hanovre et Stuttgart, à raison de trois fréquences par semaine, quatre à partir de novembre 2004 et cinq en novembre 2006. La compagnie allemande desservira, de la même manière, Marrakech avec une fréquence hebdomadaire à la fin de 2004 et deux fréquences un an plus tard.
Auparavant, et selon l’accord signé le 21 juillet 2003, avec Nouvelles Frontières, filiale française de TUI, Corsair a commencé, dès décembre 2003, à desservir Fès et Marrakech, à raison de deux et cinq fréquences par semaine au départ de Paris. La même Corsair reliera en vols réguliers Paris à Agadir, dès novembre 2004, ce qui correspond au début de la saison touristique dans la capitale du Souss. Enfin, c’est Jet Air, autre filiale de TUI, qui assure, cette fois-ci en vols charters, des liaisons entre Bruxelles, Agadir et Marrakech, les vols réguliers à partir de la Belgique ayant été laissés à la compagnie Belgium Airlines qui commencera à opérer en août.
Mais, aussi bien avec les Français qu’avec les Allemands, les accords ne se limitent pas à TUI et à ses filiales. En effet, un autre T.O. allemand, LTU Touristic, a été démarché. Il mettra dans le coup deux compagnies aériennes, LTU Airlines et Air Berlin, pour des vols charters vers Agadir et Fès à la fin de l’année en cours.
Pour ce qui est du marché espagnol, l’accord avec Globalia du 19 novembre 2003 a permis à la compagnie Air Europa d’ouvrir une ligne directe Madrid-Marrakech, opérationnelle depuis décembre 2003, avec deux fréquences par semaine qui passeront à trois rapidement, avec l’ouverture en parallèle de nouvelles lignes régulières entre Barcelone et Marrakech et Madrid-Agadir, avec deux fréquences chacune.

Nador et Tanger seront mieux desservies
En parallèle à ces accords avec des T.O. majeurs, d’autres compagnies aériennes européennes arrivent. La compagnie Horizons vient d’être autorisée par les autorités des deux pays à effectuer des vols réguliers entre la France et le Maroc. Cette compagnie, qui desservait déjà le Maroc en vols charters sous l’appellation d’Euralair, démarre avec un programme dense pour l’été 2004. Une vingtaine de vols hebdomadaires sont prévus sur 8 villes marocaines à des prix qui varieront entre 2 400 et 4 000 DH, selon la saison.
Il en va de même du marché belge où deux nouvelles compagnies régulières ont été désignées pour assurer des vols réguliers entre les deux pays. Il s’agit de Virgin Express qui desservira, par une fréquence hebdomadaire à partir de Bruxelles, Nador et Tanger, et de SN Brussels qui doublera cette ligne. Sans compter que cette dernière compagnie assurera aussi 7 vols hebdomadaires entre Bruxelles et Casablanca.
Ces nouvelles lignes, mais aussi le renforcement des vols RAM sur de nombreuses destinations se sont traduits par une augmentation, au cours des cinq premiers mois de 2004, du trafic passagers de près de 13%. Un bon rythme pour atteindre l’objectif, fixé par «la Vision 2010», de porter le nombre de rotations, qui était de 591 hebdomadaires en 2002, à 1300 en 2010, et le nombre de passagers de 5,6 millions à 15,6 millions à la même échéance