Le Souss-Massa-Drà¢a renforce ses relations avec les Iles Canaries

Un fonds d’investissement doté de 20 millions d’euros sera créé.

C’est une importante délégation marocaine qui s’est déplacée, les 17 et 18 juin, aux Iles Canaries pour accompagner les opérateurs économiques de la région Souss-Massa- Drâa. Cette visite intervient suite à l’audience royale qu’avait accordée le Souverain à Martin Menis, Président du gouvernement autonome des Iles Canaries et aux hautes instructions qu’il avait données à ce sujet. La délégation comprenait notamment Fadel Benyaïch, chargé de mission au Cabinet royal et quatre patrons d’institutions financières de la place : Nourredine Omary, président de la BCP, Khalid Oudghiri, président d’Attijariwafa Bank, Tarik Sijilmassi, président du directoire du Crédit Agricole et Mustapha Bakkoury, directeur général de la CDG.
Objectif de la mission : nouer des partenariats économiques entre les opérateurs du Souss-Massa-Drâa et leurs homologues des Canaries. A cette occasion, plusieurs accords ont été signés par le président de la région, Aziz Akhannouche, et Saïd Dor, président de la Chambre de commerce d’Agadir. Deux de ces accords auront des effets positifs immédiats sur la région. Il s’agit de la décision d’ouvrir une liaison aérienne et une maritime entre les deux régions, décision qui a été concrétisée par la signature d’un accord de code share entre Régional Airlines et la compagnie canarienne Binter pour renforcer la ligne Agadir-Las Palmas. Dans la foulée, la Comanav a également annoncé la mise en service de deux dessertes reliant le Maroc aux Iles Canaries.

Un comité mixte pour suivre les dossiers
Mais les opérateurs des deux régions sont décidés à développer leurs relations au-delà du secteur touristique. C’est en tout cas ainsi que l’on peut interpréter la décision de créer une société mixte maroco-canarienne pour installer une base de conteneurs et des lignes maritimes reliant les Canaries aux villes de Laâyoune et Dakhla. La volonté d’intensifier les échanges entre les Canaries et le Sud du Royaume est donc affirmée par les deux parties. La partie marocaine a même initié un fonds d’investissement auquel les opérateurs qui ont fait le déplacement vont souscrire à hauteur de 20 millions d’euros (environ 220 MDH). On s’attend ainsi à ce que les hommes d’affaires des deux pays s’engagent dans la réalisation des projets industriels destinés à mettre en valeur les potentialités des deux régions. En attendant, un comité mixte de suivi a été mis sur pied pour veiller à l’engagement des uns et des autres sur de nombreux dossiers.
Enfin, notons que lors de la visite de la délégation, un représentant du Polisario a essayé de faire du tapage…en pure perte. Les médias canariens n’en avaient que pour les Marocains