Le PDR de la métropole va mobiliser une enveloppe de 8 milliards de DH

Des actions sur le produit, la promotion et le renforcement des moyens du CRT.
82% de l’investissement viendra du secteur privé.

S’inscrivant dans le cadre du programme Mada’in, le Plan de Développement Régional Touristique de Casablanca a été signé par le premier ministre, Driss Jettou, au nom du gouvernement, le président du CRT, Omar Kabbaj pour les professionnels, ce plan impliquant bien sûr les autorités locales aussi. Deuxième du genre après celui de Fès, il ambitionne de faire de Casablanca, à l’horizon 2012, une grande métropole internationale et une destination touristique importante. Et à la vue du diagnostic dressé, Casablanca s’avère avant tout comme une destination d’affaires et de passage. En effet, ce créneau occupe 70% de l’activité touristique de la ville, et la faible saisonnalité de ce créneau freine un peu l’évolution de l’activité. Par ailleurs, la capacité d’hébergement de la ville a évolué aussi très lentement ces dernières années, au rythme de 2% par an , soit en moyenne 147 lits supplémentaires, essentiellement des hôtels 4 et 5 étoiles.

Malgré donc ses atouts naturels et culturels, et sa notoriété, la ville reste une destination d’affaires avec une capacité hôtelière limitée et une stagnation quasi permanente de ses nuitées, l’essentiel de sa clientèle, en dehors des nationaux, provient des pays arabes et de la France.

20 000 lits en 2012
Aussi, parmi les objectifs assignés par le PDR, Casablanca, qui connaît par ailleurs de nombreux chantiers urbanistiques, devra porter le nombre de ses nuitées en 2012 à 3 millions au lieu de 1,1 million aujourd’hui, avec une durée moyenne de séjour de 3 nuitées au lieu de 2,3 et un taux d’occupation de 60% au lieu de 50%. La capacité d’hébergement devra passer sur la période de 9334 lits à 20.000 lits. Comme ailleurs, le plan d’action s’articule autour de trois axes : le produit, la promotion et l’organisation institutionnelle, avec des moyens financiers conséquents. Ainsi, s’agissant du produit, l’action va se concentrer sur l’augmentation de la capacité hôtelière, la réhabilitation de l’âme culturelle de la ville, l’amélioration de la qualité urbaine de la ville, l’animation et la construction d’équipements pour les congrès et les expositions. Coût estimé, selon le PDRT : 7798 millions de dirhams dont 6574, 5 millions financés par le secteur privé et 1223,5 par le public.

Par contre pour ce qui est de la promotion de la destination et son réorientation vers un tourisme de masse ou de niche, le plan marketing disposera sur la période d’une enveloppe de promotion de 168 millions de dirhams allouée progressivement par l’Etat, de même d’ailleurs que l’organisation institutionnelle, c’est à dire le renforcement des moyens du CRT qui se voit allouer 21 millions de dirhams. Au total, ces interventions nécessiteront un investissement de près de 8 milliards de dirhams d’ici 2012 dont 1,4 milliard en fonds publics

En 2012, Casablanca devra porter le nombre de ses nuitées à 3 millions au lieu de 1,3 aujourd’hui.