Le nouveau référentiel des prix pour la cession des logements de l’Etat entre en vigueur début 2015

Plusieurs locataires actuels se renseignent sur la procédure à  suivre pour l’achat des logements qu’ils occupent. Ils devront attendre la publication de l’arrêté qui détaillera les prix selon les quartiers ciblés et les catégories de logement n A terme, l’opération devra rapporter à  l’Etat entre 500 et 600 MDH, selon les estimations de la Direction des domaines.

Le dernier décret sur la cession des logements de l’Etat à leurs occupants suscite un véritable engouement de la part des locataires, selon des sources à la Direction des domaines. Même son de cloche chez Dyar Al Madina, organisme gestionnaire du parc de l’Etat, qui enregistre une grande affluence des occupants des logements souhaitant être fixés sur la procédure à suivre pour devenir propriétaires. «Nous expliquons à ces gens les détails contenus dans le décret tout en les informant que, jusqu’à présent, il n’y a rien d’officiel sur les formalités», souligne une source à la Délégation de la direction des domaines de Casablanca.  
En effet, l’ensemble des parties prenantes du processus attend la publication de l’arrêté du ministère des finances qui va reprendre en détail les quartiers ciblés, les catégories de logements et, partant, les prix de cession au mètre carré qui y seront appliqués. Le décret adopté en conseil de gouvernement en avril s’est limité à fixer des fourchettes de prix pour les logements et les commerces.

L’opération vise à permettre à une population défavorisée de devenir propriétaire

Ainsi, ces prix varient de 150 à 900 DH le mètre carré, selon qu’il s’agisse de logement ou de commerce, individuel ou collectif. «L’arrêté devra être publié dans les semaines qui suivent. C’est juste une question de délai du circuit administratif nécessaire après l’adoption d’un décret donné», informe une source à la Direction des domaines. D’autres sources assurent pour leur part que les opérations de cession, selon le nouveau cadre, devront commencer effectivement début 2015. Plusieurs locataires qui avaient l’intention d’acheter avant l’annonce de la nouvelle décision attendent la publication du texte. «Nous traitons de moins en moins d’actes, les gens sont dans l’expectative», confie notre source à la Délégation de la direction des domaines de Casablanca.
Cela dit, les officiels précisent que l’arrêté concernera en premier lieu les parcs situés dans les quartiers populaires et occupés par une population défavorisée. Les logements moyen standing situés dans des quartiers résidentiels, le parc à restaurer et les villas ne sont pas concernés par le texte. Leur vente continuera de se faire sur la base des prix fixés par la commission administrative d’expertise. «L’esprit même de cette opération est de permettre à une population défavorisée de devenir propriétaire et à l’Etat de se défaire d’un parc immobilier vétuste qui coûte très cher et ne rapporte pratiquement rien», explique notre source.

Le parc objet de l’opération est constitué de 37 300 unités, dont 9,5% de commerces, appartenant à l’Etat et donné en gérance à Dyar Al Madina, filiale de la CDG. Les prix moyens de cession varieront de 9 000 à 18 000 DH vu que le gros des unités en question, situé dans des quartiers populaires, est d’une superficie ne dépassant pas 60 m2 pour les logements et 15 m2 pour les commerces. Selon les estimations de la Direction des domaines, la cession devrait rapporter entre 500 et 600 MDH à l’Etat.