Le Maroc en vedette au salon Gitex de Dubaï

Forte délégation marocaine au Salon des technologies de l’information. L’opération a coûté 1 MDH.
L’offre du Maroc en matière d’offshoring et de délocalisation
des TIC a suscité l’intérêt des visiteurs.

Le forcing du Maroc dans le domaine de l’offshoring et des TIC se poursuit à un rythme soutenu.
La récente tenue, du 8 au 12 septembre, du Salon des technologies de l’information à Dubaï, baptisé Gitex, a été l’occasion pour les prestataires marocains d’aller à la rencontre de clients potentiels mais aussi pour l’administration marocaine de présenter les divers avantages qu’offre désormais le Maroc en tant que destination de choix pour les délocalisations en matière de TIC. Et ce n’est pas un hasard si le Maroc a choisi d’être présent en force à Dubaï. Ainsi, la délégation marocaine comprenait, outre les institutionnels, dont le ministère des finances et l’ANRT, un groupe d’entreprises représentant différentes filières du secteur. Parmi elles, on peut citer notamment CBI, spécialisée dans le matériel informatique, l’intégration des systèmes et dans les télécommunications. IB Maroc était également de la partie, en tant que leader dans l’intégration des technologies de l’information au Maroc. A noter aussi la présence de MedZ (Groupe CDG), active dans le domaine de l’offshoring. Le domaine du développement de logiciels était représenté par l’entreprise Mughamarat. Dans le secteur du positionnement satellitaire de flotte, Cadtech a participé au salon, de même qu’Involys pour les solutions de gestion intégrée.

Il faut croire que la présence importante d’entreprises privées n’était pas pour la parade mais pour apporter un soutien effectif à la promotion, sans oublier le business. D’ailleurs, plusieurs contrats ont déjà été signés comme celui conclu par l’entreprise de monétique HPS avec le deuxième plus grand établissement financier du Japon.

Le déplacement de la délégation marocaine au Gitex aura coûté près d’un million de DH. Un investissement que les responsables de la délégation considèrent comme très rentable au vu du succès de l’opération. La preuve, le stand « e-Maroc » au Gitex a connu une affluence massive et les responsables de l’APEBI signalent un engouement particulier pour son site internet, en marge du Salon, avec plus de 300 visiteurs par jour. Du jamais vu !

Ce sont peut-être là les prémices de la stratégie offshoring du Maroc qui commence à porter ses fruits, du moins à susciter un intérêt notable dans la région et dans le monde.
Un début de réussite que les pouvoirs publics entendent bien renforcer en maintenant le forcing. Surtout si l’on sait que, dans quelques mois seulement, le premier site phare, Casashore, commencera à accueillir ses premiers locataires, et que les travaux de Rabat Technopolis se poursuivent à un rythme accéléré. Deux sites qui n’ont pas tardé à attirer des grands noms comme Atos Origin, Cap Gemini, Tata et certainement d’autres opérateurs mondiaux à l’avenir.