Le Maroc a accueilli la 4e édition du Prix de l’innovation pour l’Afrique

925 candidatures en provenance de 41 pays africains. Les 10 candidats finalistes ont été sélectionnés dans les domaines de l’agriculture, l’éducation et la santé. L’enveloppe allouée à  cette compétition est de 150 000 dollars.

Le Maroc a organisé la quatrième édition du Prix de l’innovation pour l’Afrique (PIA) les 12 et 13 mai à Skhirate. Initiée par la Fondation africaine de l’innovation (FAI), cette compétition vise à promouvoir la science, la technologie et l’innovation pour le développement de l’Afrique. Lancé en 2011, le PIA est ouvert aux innovateurs et entrepreneurs africains qui créent des solutions orientées vers le marché et favorisent le développement en Afrique. Ce prix a pour objectifs majeurs la création d’une plate-forme permettant aux Africains de trouver et de promouvoir des idées novatrices, ainsi que l’émergence d’un «environnement propice» au sein duquel les gouvernements, les entreprises, les universités et les autres intervenants collaborent pour investir dans l’avenir de l’Afrique.

Selon Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, «l’innovation et le développement technologique constituent pour l’Afrique un levier de création de valeur et un enjeu-clé pour la compétitivité de son système économique». Et de préciser que «sans innovation, nous allons avoir quelques difficultés à atteindre les points de PIB additionnels dont nous avons besoin». En ce qui concerne le nombre de participants à cette compétition, la quatrième édition a reçu 925 candidatures (contre 903 pour l’édition précédente) en provenance de 41 pays africains. L’enveloppe allouée à ce prix est de 150 000 dollars. Le PIA récompense les lauréats primés en fonction d’une grille graduelle qui se répartit comme suit : 100 000 dollars pour le lauréat qui présente la meilleure innovation ; 25 000 dollars pour le second prix affichant le meilleur potentiel commercial ; ainsi que 25 000 dollars pour le prix spécial de l’innovation entraînant l’impact social le plus élevé sur la communauté tout entière.

De l’avis de Jean Claude Bastos de Morais, fondateur de la FAI et initiateur du prix, «d’année en année, les innovations présentées dans le cadre du PIA comprennent des solutions africaines à forte valeur ajoutée avec un impact socio-économique positif. A ce titre, l’année 2015 revêt un moment exceptionnel». Les cinq domaines clés qui constituent la plate-forme générale du PIA sont l’agriculture et le domaine agro-industriel; l’environnement, l’énergie et l’eau ; la santé et le bien-être ; les technologies de l’information et de la communication (TIC) ainsi que l’industrie manufacturière et les services. A noter enfin que les 10 candidats finalistes, au titre de la quatrième édition du PIA, ont été sélectionnés dans les domaines de l’innovation de l’agriculture, l’éducation et la santé.