«Le marché immobilier marocain n’est pas encore suffisamment transparent et liquide»

Cela en fait une opportunité pour les entreprises de services immobiliers qui apportent une connaissance du secteur et de ses cycles. Le groupe Yamed Capital a atteint en 4 ans d’existence plus de 3,8 milliards de DH d’investissements sous gestion avec une croissance à deux chiffres du volume d’affaires et des bénéfices annuels.

Arnaud De Ménibus
PCA de Yamed Capital

Le marché marocain de l’immobilier n’est pas au mieux de sa forme. Cependant, Yamed Capital, un fonds d’investissement spécialisé, s’en sort bien. Il affiche une croissance à deux chiffres. Arnaud De Ménibus, président du conseil d’administration de Yamed Capital et PDG de Yam Invest, partage sa recette et exprime son opinion sur l’état du marché.

Comment a évolué l’activité de Yamed Capital depuis le démarrage de ses opérations au Maroc il y a 4 ans ?

La croissance de Yamed Capital a été très rapide: l’entreprise affiche aujourd’hui plus de 3,8 milliards de DH d’investissements sous gestion avec une croissance à deux chiffres du volume d’affaires et des bénéfices annuels. L’approche et les services offerts répondent manifestement à une attente du marché… En outre, cette forte croissance sur 4 ans s’est faite de façon homogène entre nos différentes activités (voir encadré). Yam Invest (Ndlr, actionnaire de référence de Yamed Capital) n’en attendait pas tant en si peu de temps… Je précise que Yamed Capital n’est pas la première expérience marocaine de Yam Invest. Celle-ci a entrepris la construction entre 2000 et 2004 du domaine d’El Majel dans la palmeraie de Marrakech et nous cherchions depuis cette première opération à accompagner, au-delà, le développement du marché immobilier marocain.

Une idée dominante veut que les investisseurs immobiliers au Maroc soient peu ouverts à l’idée de confier la gestion intégrale de leurs projets d’investissement à des tiers. Cela est-il bien le cas ?

Confier la gestion de fonds ou d’actifs à des tiers est une décision très structurante et donc très difficile à prendre, que ce soit en Europe ou au Maroc.

Tout repose bien sûr sur le savoir-faire et la qualité des équipes choisies, mais rien ne peut se faire sans un socle de confiance. La proposition d’intervention de Yamed Capital, qui est basée essentiellement sur le résultat obtenu et la capacité financière de co-investir aux côtés de ses clients, permet un alignement des intérêts. Yamed Capital agit en respectant dès l’origine les meilleurs standards internationaux en ce qui concerne la transparence, le professionnalisme, la gouvernance et l’intégration de toutes les compétences de la chaîne immobilière.

Les investisseurs se disent aussi peut-être que cela induit des coûts supplémentaires, ce qui suscite l’appréhension sur un marché de l’immobilier national fortement orienté prix…

Au contraire, il s’agit là d’une idée reçue… En effet, plus la compétence est profonde et diversifiée, et plus le service est complet, et meilleure est la maîtrise des risques et des coûts finaux. Les investisseurs anglo-saxons et européens l’ont compris depuis longtemps, nos clients aussi. J’en veux pour preuve que le «repeat business» (contrats nouveaux confiés par des clients satisfaits) représente déjà une part importante de la croissance de notre volume d’activité.

Comment se portent les différents segments du marché immobilier sur lesquels vous intervenez: résidentiel, bureaux, industriel, logistique… ?

Disons que le marché immobilier marocain n’est pas au mieux de sa forme, d’une façon générale. De plus, il n’est pas encore suffisamment transparent et liquide. Ce n’est pas un problème pour un groupe comme le nôtre, qui privilégie le long terme ; au contraire, c’est une opportunité pour ceux qui apportent une connaissance approfondie de l’immobilier, assise sur des années d’expérience et sur plusieurs cycles. Pour l’instant, les segments de marché sur lesquels nous intervenons sont l’immobilier résidentiel (social, moyen et haut-standing), l’immobilier commercial et le secteur de l’hôtellerie (appart-hôtels). Nous nous intéressons de près à un déploiement dans l’immobilier spécialisé (éducation, santé, silver economy- marché des séniors).

Yamed Capital est un groupe de services et d’investissements immobiliers, qui exerce à travers des filiales dédiées dans divers métiers. L’entreprise co-investit ses fonds propres aux côtés de ceux de ses clients dans des projets de promotion immobilière à travers deux marques : Yamelki (logement social) et Yamed promotion (moyen et haut standing). Yamed Capital offre aussi des services de gestion et de valorisation d’actifs immobiliers (structuration de véhicules d’investissements dédiés, conseil private services…). Elle assure encore des missions de maîtrise d’ouvrage déléguée (études préliminaires, négociation des contrats, suivi de l’exécution des travaux…) de même qu’elle peut conseiller la commercialisation ou même la conception de projets immobiliers. Le groupe opère sur l’Afrique du Nord et de l’Ouest et est un allié stratégique du groupe BNP Paribas Real Estate, leader des services et investissements immobiliers et de la promotion immobilière en Europe. Yamed Capital est en outre une filiale de Yam Invest, une société d’investissement européenne dotée de plus de 350 millions d’euros de fonds propres réunissant un groupe de professionnels de l’investissement et de l’immobilier tant au niveau de son actionnariat, de ses organes de direction que de son cercle de partenaires.