Le marché automobile poursuit sa lente croissance

Au total, 92 611 unités ont été vendues en neuf mois, un score plutôt honorable pour une année sans salon. Nissan a réalisé la plus forte progression sur le segment des voitures de tourisme. Les ventes de véhicules utilitaires légers sont toujours en baisse.

Le secteur automobile peine toujours à retrouver son lustre d’antan, mais il poursuit tout de même sa croissance, aussi lente soit-elle. A fin septembre, les ventes du secteur, tous segments confondus, ont augmenté de 1,5% comparativement à la même période de 2014, année de salon, faut-il le rappeler. Ainsi, ce sont 92 611 unités qui ont été écoulées en neuf mois.

Bien entendu, et comme ce fut le cas depuis plusieurs mois, le secteur est toujours porté par le segment des véhicules particuliers, dont les nouvelles immatriculations sont en hausse de 2,75%. Les différents concessionnaires de la place ont vendu 84 404 voitures de tourisme, dont 8 953 unités en septembre. Ce dernier est loin d’être le meilleur mois de l’année, vu qu’il a coïncidé avec plusieurs événements majeurs qui pèsent sur les budgets des ménages (rentrée scolaire, Aid Al Adha..). Néanmoins, il marque une petite reprise comparativement à août où seuls 8 516 véhicules avaient été commercialisés.

C’est Nissan qui contribue le plus à la croissance du secteur. La marque nippone totalise 3 682 unités vendues à fin septembre 2015, contre 1904 seulement à la même période de 2014, soit une croissance de 93,38%. Elle confirme ainsi sa montée en puissance sur le marché national, grâce au succès de la nouvelle version de son Qashqai et l’introduction des nouvelles Juke et Note.

Dacia continue de dominer le marché

Les deux leaders du marché, à savoir Dacia et Renault, apportent également leur pierre à l’édifice. La première, profitant du succès que connaît la version Taxi de son Lodgy, totalise 25 438 unités vendues, contre 24 695 véhicules à fin septembre 2014. La seconde enregistre pour sa part une croissance de 5,8%, à 7 965 véhicules.

Derrière les deux marques du groupe Renault, les marques formant le top 5 des ventes affichent une forme beaucoup moins étincelante. Quand Ford (6 926 unités) et Peugeot (6 059 unités) accusent des baisses respectives de 2,85% et 3,58%, Hyundai affiche une quasi-stagnation des ventes à 6 269 unités. La concurrence entre ces trois marques demeure néanmoins assez forte pour approcher ou rattraper Renault, avec un léger avantage pour Ford qui n’accuse qu’un gap d’un millier de véhicules. Dans le segment des VUL, l’année 2015 n’a rien pour réjouir les opérateurs. A fin septembre 2015, les ventes de véhicules utilitaires se sont établies à 8 207 unités, en baisse de 10,08%. De toutes les grandes marques de ce segment, seule Fiat se distingue avec une croissance remarquable de 22,25%, à 1 165 unités vendues. Auprès des concessionnaires, l’atonie du segment du VUL est justifiée par la conjoncture délicate que traversent les secteurs du BTP et de l’immobilier, et qui n’a pu être compensée par les performances positives du secteur agricole.