Le lavage auto écolo à domicile commence à attirer de petits investisseurs

Avec un investissement limité, de jeunes patrons se lancent dans le créneau. Plusieurs d’entre eux préfèrent un mix entre lavage traditionnel et écolo, le premier coûtant moins cher. Certains sont sceptiques sur la pérennité de l’activité mobile.

Le lavage auto à domicile se développe rapidement dans les milieux urbains. Au-delà des «laveurs» de voiture munis de leurs triporteurs qui sillonnent les avenues et artères pour vendre leurs prestations à 40 dirhams, de nouvelles entreprises structurées ont investi le marché. Créée en 2008, Vireo est la première à avoir investi le créneau du lavage écolo de voitures (concept du zéro litre d’eau consommé avec l’utilisation de produits biodégradables allemands). Master franchisée au Maroc, et déjà installée en France et en Algérie, elle s’est spécialisée dans le lavage écologique haut de gamme (prestations à haute valeur ajoutée destinée aux voitures mais aussi aux jets privés et prochainement aux yachts). Au Maroc, cette entreprise dispose de trois centres opérationnels et d’un centre mobile en cours d’ouverture à Mohammédia pour le lavage à domicile. «A titre de comparaison, le mobile est beaucoup plus développé en France, vu les habitudes de consommation. Au Maroc, le créneau commence à peine. C’est la raison pour laquelle je préconise à mes franchisés un centre mobile impérativement doublé d’un centre de lavage fixe», déclare Hicham El Bayed, brand manager chez Vireo Car Wash Maroc.

Un investissement rentable à court terme

Cette entreprise propose aux jeunes entrepreneurs le pack franchise mobile. «Cette offre est en effet destinée aux détenteurs de voitures utilitaires qui veulent investir dans le lavage écolo à domicile. Le prix d’entrée est de 15000 DH. Une offre plus complète avec accompagnement et intégration du réseau Vireo est facturée 50000 DH. Les franchisés bénéficient d’une gamme de produits de lavage sans eau importés du Portugal», explique Hicham El Bayed.

D’autres opérateurs ont choisi de se lancer seuls. Bassam Braija, gérant de «Quick service 4 you», a opté pour le lavage écolo à domicile en utilisant des machines à vapeur chinoises qu’il aspire prochainement troquer contre des machines made in Morocco (un projet de montage local est déjà prêt). «Nous avons démarré il y a 4 mois par une unité mobile transportée sur un triporteur. Deux autres sont en cours de réalisation. L’investissement engagé est estimé à 80 000 DH. Mais nous espérons à terme la remplacer par une grosse camionnette type «boxer». L’objectif est d’atteindre 20 unités mobiles d’ici 2018 pour couvrir Casablanca en totalité», confie Bassam Braija. Après quelques mois d’activité, la TPE montre des signes de rentabilité ; les actionnaires ont cessé d’injecter des fonds au bout d’un mois et demi seulement d’activité. «Avec un tarif qui débute à 50 DH, 3 à 4 véhicules par jour et un maximum de 12 en week-end, le chiffre d’affaires prévisionnel (de 3 unités mobiles) est évalué autour de 30 000 DH/mois», explique le gérant de Quick service 4 you. Optimiste, le jeune patron laisse même tomber un poste stable dans une entreprise privée pour développer son projet.

Auto Hall sous-traite chez un des opérateurs 

D’autres opérateurs ont choisi un mix entre le lavage écolo et le traditionnel (avec eau) pour assurer une offre de services exhaustive. Ainsi d’Easy Wash. Créée en avril 2015 avec un investissement de près de 800 000 DH, la TPE propose les deux types de nettoyage de voiture à domicile. «Nous opérons par le biais de 4 unités mobiles ; deux avec citernes et deux sans citernes. Il faut savoir que le lavage écolo (avec des produits spéciaux) coûte dans notre cas deux fois plus cher que le lavage simple. Nos prestations incluent le lavage carrosserie extérieur et intérieur avec aspiration et traitement des garnitures… Le lavage écolo incorpore également le lustrage, traitement micro rayures…», explique Yassine Alami Chentoufi, gérant et actionnaire d’Easy Wash.

La formule de la jeune entreprise a déjà tapé dans l’œil d’Auto Hall qui lui confie le lavage de son parc automobile. Les loueurs et autres concessionnaires ont aussi manifesté leur intérêt. Les particuliers représentent pour leur part 50% de sa clientèle.

Vu l’importance grandissante que revêt la tendance écologique, Easy Wash compte bien s’installer dans certaines villes touristiques, notamment Marrakech où une clientèle exigeante émerge. Kech lavage, une TPE déjà installée dans la ville ocre spécialisée dans le lavage simple à domicile, espère aussi intégrer le marché écolo. «On prévoit d’inclure le lavage écolo dans notre offre prochainement à l’occasion de l’organisation de la COP22», espère Samy Mabrouki, gérant de Kech Lavage.

L’engouement pour une activité nécessitant un investissement plus ou moins limité est réel. Néanmoins, certains professionnels du métier demeurent sceptiques quant à sa durabilité. Pour Hicham El Bayed, la carrosserie automobile nécessite de meilleurs soins qu’un lavage en plein air. «Il faut savoir que l’ennemi numéro 1 de l’esthétique automobile est la chaleur sans oublier la pluie et les intempéries qui agressent les carrosseries. Avec mon expérience de 8 ans dans le domaine, je doute que disposer d’une activité mobile seule soit durable», résume-t-il.