Le groupe Benjelloun ferme l’enseigne Hanouty qui a englouti plus de 250 MDH

Presque tous les magasins ont baissé le rideau et les procès opposant l’enseigne et BMCE Bank, d’une part, et les franchisés, de l’autre, sont en cours. La banque a provisionné toute sa participation qui se monte à  107.5 MDH.

Après un parcours tumultueux de près de six ans, les actionnaires de Hanouty Shop, menés par le holding de tête FinanceCom, ont finalement décidé de jeter l’éponge. Une fin de parcours matérialisée par la fermeture de tous les magasins de petite distribution sous enseigne Hanouti ainsi que celui dit Coté Marché, magasin inauguré à Marrakech en 2010. Il faut dire que le projet Hanouty avait été présenté par ses promoteurs comme un concept gagnant qui devait permettre au groupe FinanceCom d’être un acteur de taille dans la distribution alimentaire en atteignant au bout de trois ans seulement quelque 3 000 points de vente dont 90% en franchise.

Les choses se sont déroulées autrement puisque l’enseigne n’a pas pu dépasser les 130 points de vente dont une centaine en franchise. Par conséquent, elle n’a pas été en mesure de hisser sa centrale d’achat au niveau de compétitivité nécessaire pour faire des économies et en faire profiter les franchisés. Pire, depuis 2011, les procès entre Hanouti Shop et ses franchisés se multiplient. Ces derniers, qui ont fait des sit-in à répétition, estiment avoir été embarqués dans un projet très mal ficelé. Ils se retrouvent aujourd’hui face à un endettement important auprès de l’actionnaire de Hanouty, à savoir BMCE Bank, qui ne veut rien lâcher, en toute logique, en tant que créancier bancaire.

L’Etat devrait perdre autour de 20 MDH dans l’affaire

Quant à Hanouty Shop, il este en justice quelques-uns de ses ex-franchises pour impayés et non-respect des clauses du contrat, notamment l’exclusivité d’approvisionnement auprès de la centrale d’achat. Enfin, Coté Marché est resté, lui, au starting-block avec un seul point de vente. 

Au total, l’affaire Hanouty aura coûté au groupe Benjelloun plus de 250 MDH. A fin 2011, BMCE Bank a déjà provisionné la quasi-totalité de sa participation qui s’élève à 107,5 MDH et qui représente 46% du capital. Les deux autres actionnaires, RMA Watanya et FinanceCom ont, à leur tour, fait le deuil sur les montants qu’ils ont investis. La centaine de franchisés y a également laissé des plumes. L’Etat n’est pas en reste. Si les créances des franchisés ne sont pas recouvrées, il devrait perdre environ 20 MDH supportés par la CCG qui a garanti 85% des crédits obtenus par une bonne partie des franchisés auprès de BMCE Bank.