Le groupe Agouzzal se restructure et investit l’immobilier

Le pilotage de l’opération est confié à CDG Capital et Maghreb Titrisation.
Une nouvelle appellation : la holding Moulay Messaoud Agouzzal (HMMA).

Mission «Volubilis». C’est le nom de code qu’ont choisi les responsables du groupe Moulay Messaoud Agouzzal pour la gigantesque opération de restructuration qu’ils ont lancée au début du mois de février et dont le pilotage a été confié au tandem CDG Capital (groupe CDG) et Maghreb Titrisation. Objectif : nettoyer les comptes du groupe, lourdement endetté auprès des banques, et se lancer dans des activités au retour sur investissement rapide.

Première décision : changer de nom. Le groupe a décidé d’adopter désormais l’appellation Holding Moulay Messaoud Agouzzal, HMMA. Les activités du groupe sont revues de fond en comble. Traditionnellement positionné dans l’industrie, précisément les huileries, la minoterie, la tannerie et la chimie (peintures), le groupe a décidé de se lancer en force dans une nouvelle activité : la promotion immobilière. Pour cela, il s’appuiera sur le patrimoine foncier appartenant soit directement à Moulay Messaoud soit aux sociétés du groupe. Selon les premières estimations des experts, le patrimoine destiné à la promotion immobilière consisterait en une réserve foncière d’une centaine de terrains d’une superficie d’environ 117 hectares dans différentes villes du Royaume, le tout estimé à près de 3 milliards de DH.

Réserve foncière de 117 ha dans différentes villes
Dans un premier temps, le groupe compte investir quelque 4,5 milliards de DH dans des opérations qui devraient générer un chiffre d’affaires de 6 milliards de DH et un bénéfice de l’ordre de 2 milliards de DH d’ici à trois ans. Ces premières opérations seront lancées sur des terrains que le groupe pourra mobiliser dans l’immédiat. Viendront par la suite des terrains plus difficiles à mobiliser, soit parce que déjà occupés par des usines, à délocaliser, soit parce que hypothéqués auprès des banques. La seconde phase, néanmoins, portera sur un investissement global de 2,3 milliards de DH et générera un chiffre d’affaires de l’ordre de 3,2 milliards de DH d’ici à six ans.

Parallèlement à la promotion immobilière, le groupe travaille sur la restructuration des autres sociétés du groupe et sur l’assainissement de leur situation financière. Certaines d’entre elles, notamment, devront être délocalisées, d’autres redimensionnées. Les experts de CDG Capital et Maghreb Titrisation épluchent depuis le mois de février les comptes de toutes les filiales. Des questionnaires ont été par ailleurs envoyés à tous les directeurs des filiales concernant notamment les comptes et aussi leur business-plan pour les années à venir. Contacté par La Vie éco, un des responsables du groupe, tout en confirmant l’opération de restructuration, n’a pas souhaité donner plus de détails pour le moment.