Le fonds immobilier de la Société Générale lève 121 MDH et change de nom

Trois ans après sa création, il a atteint 148 MDH, soit la moitié de son capital cible. Il a été rebaptisé Amundi Re Amlak Developpement Fund.

Trois ans après son lancement effectif, le fonds immobilier Société Générale asset management alternative investments amlak développement (SGAM IAD) a atteint sa vitesse de croisière en levant la moitié de son capital cible du premier closing, à savoir 27 millions d’euros (près de 300 MDH). En effet, ce véhicule, créé à l’initiative de la SGMB et SGAM Alternative investment, bras armé du groupe bancaire Société Générale dans les métiers de gestion d’actifs non cotés, vient de lever 121 MDH.
En l’espace de quelques mois depuis début 2011, SGAM AI Maroc, filiale à 100% de SGAM AI REIM (branche immobilière de SGAM AI) et gestionnaire exclusif de SGAM IAD a invité les actionnaires de ce dernier à injecter, en deux opérations, quelque 132 MDH pour ne récolter, in fine, à l’issue de la deuxième recapitalisation, que le montant levé (un actionnaire n’ayant pas suivi les deux appels de fonds), ce qui a porté le capital à 148,3 MDH (contre 27,3 MDH initialement).

Le fonds de la maison mère gère 4,8 milliards d’euros d’actifs

Entre les deux opérations, le fonds spécialisé dans l’immobilier d’entreprise (plateaux de bureaux, entrepôts logistiques, locaux industriels, tertiaire…), et qui s’appuie sur le levier de l’endettement pour accroître sa capacité d’investissement, a modifié sa raison sociale pour devenir Amundi Re Amlak Developpement Fund, ce qui est conforme à la nouvelle marque de gestion d’actifs, Amundi,  née du rapprochement, en 2010, des deux pôles métiers du Crédit Agricole de France (CAAM) et Société Générale (SGAM), dont la «banque verte» détient 75 % du capital. Amundi immobilier revendique, à fin 2010, 4,8 milliards d’euros (près de 53 milliards de DH) d’actifs sous gestion à travers la France, l’Italie, le Japon, le Maroc et le Luxembourg.
En plus d’Amundi Re Amlak Developpement Fund qui opère dans le développement de biens immobiliers (du permis de construire jusqu’à la livraison aux utilisateurs), le groupe Société Générale avait lancé, en parallèle, au Maroc, Foncière Amlak qui, avec un capital cible d’un milliard de DH, a vocation, elle, d’acquérir des actifs professionnels d’exploitation stabilisés et productifs de loyers.