Le canadien Bombardier veut développer l’écosystème ferroviaire

L’objectif est de stimuler et servir le marché marocain, développer des opportunités d’affaires en Afrique, et fournir en partie les projets européens du groupe. L’écosystème ferroviaire va générer des avantages économiques, créer des emplois et améliorer les compétences de la main-d’œuvre locale à travers la formation et le transfert de technologie.

Bombardier affiche ses ambitions pour le Maroc. Le fabricant mondial d’avions et de trains basé à Midparc (près de Nouasser) depuis 2013 (300 emplois) veut constituer un cluster industriel ferroviaire visant à stimuler l’écosystème local pour servir le marché marocain, développer des opportunités d’affaires en Afrique et fournir en partie les projets européens du groupe. L’annonce en a été faite lors de la rencontre Fournisseurs organisée par Bombardier Transport, entité spécialisée dans les technologies ferroviaires du géant canadien. Son management a présenté sa stratégie aux fournisseurs locaux et étrangers en présence de représentants d’organisations gouvernementales et professionnelles.

Expliquant le choix du Royaume pour abriter le cluster, Taoufiq Boussaid, président de Bombardier Transport, soutient que le Maroc est l’endroit logique pour installer la plateforme stratégique industrielle africaine du groupe puisque le pays est déjà en avance grâce à des projets d’investissement solides en matière d’infrastructures ferroviaires, de matériels roulants pour les chemins de fer et de réseaux urbains. Selon lui, l’investissement de capitaux étrangers via la localisation est essentiel pour stimuler l’activité au niveau national et international.

Aujourd’hui en gestation avec les pouvoirs publics, notamment le ministère de l’industrie et du commerce, l’écosystème ferroviaire va générer des avantages économiques, créer des emplois et améliorer les compétences de la main-d’œuvre locale à travers la formation et le transfert de technologie, ce qui attirera davantage d’entreprises étrangères. «C’est le début d’un cercle vertueux pour le Maroc», estime le président de Bombardier Transport Maroc.

Des solutions technologiques et économiques efficaces

Selon le dernier rapport Unife, qui suit la demande mondiale du ferroviaire, le continent africain et l’Asie font face à d’importants enjeux de mobilité pour accompagner leur urbanisation croissante, interconnecter les villes et faciliter leur développement économique. Les besoins s’expriment à la fois sur tous les moyens de transport (tramway, tramway aérien, trains…). Pour servir cette demande, Bombardier dit savoir appréhender des situations complexes de mobilité et concevoir des solutions technologiques et économiques efficaces pour relever les nouveaux défis de mobilité qui se posent partout dans le monde.

Il faut noter que le constructeur canadien a remporté son premier contrat au Maroc pour renouveler 14 trains électriques de l’ONCF opérant sur la ligne Casablanca-Rabat. Ensuite, en 2014, il a remporté le marché de signalisation de la ligne ONCF entre Casablanca-Kénitra et Sidi Yahya-Tanger avec le Système européen de gestion du trafic ferroviaire (ERTMS Level 1). Bombardier travaille au Maroc en étroite collaboration avec le groupe canadien d’ingénierie NTS Consulting et compte élargir cette collaboration afin de garantir une forte présence au niveau local. NTS Maghreb est une filiale du groupe canadien de consulting NTS spécialisé dans les services de consulting, de formation, d’ingénierie, de recherche et de développement dans plusieurs domaines y compris l’aéronautique, l’automobile, le transport et les sciences.

Pour rappel, Bombardier Transport a un large portefeuille de produits allant des trains aux sous-systèmes en passant par la signalisation. La société fournit également des systèmes de transport complets, des solutions de mobilité électrique et des services de maintenance. Elle fournit des solutions intégrées avantageuses pour les exploitants, les passagers et l’environnement. Basée à Berlin, en Allemagne, Bombardier Transport emploie environ 39 400 personnes dans plus de 60 pays.