L’autoroute Khouribga-Béni Mellal devrait accueillir 4000 véhicules par jour

S’étalant sur 95 km, ce tronçon fait partie du grand projet d’autoroute reliant Berrechid à  Béni-Mellal. Le réseau autoroutier en service dépasse désormais les 1 500 km.

C’est une infrastructure particulièrement stratégique pour la région Tadla-Azilal que vient d’inaugurer le Souverain. Samedi 17 mai, SM Mohammed VI a en effet acté l’ouverture officielle de l’autoroute Khouribga-Béni Mellal.

Cette dernière constitue, selon le ministère de tutelle, «un pas géant dans le développement de la région Tadla-Azilal en lui permettant, à l’aide d’une infrastructure d’un haut niveau de service, de se rapprocher des principaux pôles économiques du Maroc». Ce tronçon, qui fait partie du projet global de construction de l’autoroute Berrechid–Béni Mellal, s’étale sur une longueur de 95 km, ce qui porte le linéaire du réseau autoroutier en exploitation à 1 511 km.

Selon les premières estimations d’Autoroutes du Maroc, le tronçon devrait accueillir plus de 4000 véhicules par jour. Le coût global de la construction est de 2,8 milliards de DH. Ce montant a été financé par le Fonds arabe pour le développement économique et social (FADES), la Banque européenne d’investissement (BEI) et China Exim Bank.

L’axe Berrechid-Khouribga sera finalisé en 2016

La seconde phase du projet concerne la liaison Berrechid-Khouribga. Celle-ci, devant initialement être achevée en 2015, pourrait connaître du retard en raison des problèmes rencontrés au niveau des procédures d’expropriation.

Interpellé il y a quelques mois au Parlement, le ministre de l’équipement et des transports, Aziz Rabbah, avait annoncé que la finalisation des travaux n’interviendrait qu’en 2016 suite aux difficultés rencontrées dans la libération des terrains sur lesquels devait être construite une partie du tronçon.

Aujourd’hui, le dossier est entre les mains de la justice qui devrait se prononcer dans quelques mois sur l’issue de la procédure d’expropriation. Bien entendu, la construction de la deuxième phase de l’autoroute ne pouvant être remise en cause, c’est le montant de l’indemnisation des propriétaires des terrains qui restent à fixer.

Par ailleurs, le Souverain a également procédé au lancement de la première tranche du programme de mise à niveau des axes stratégiques du réseau routier de la région Tadla-Azilal. Mobilisant un investissement de l’ordre de 770 MDH, la première tranche du programme prévoit le renforcement de 18 km de routes pour un budget de 30 MDH, la construction de 22 km de routes pour 20 MDH, le dédoublement de 21 km à 200 MDH et l’élargissement de 219 km du réseau pour 520 MDH.