L’Amith met en Å“uvre sa stratégie sectorielle

Huit groupes de travail planchent sur la concrétisation des mesures de
mise à niveau n Deux pôles d’assistance aux entreprises ont
été mis en place.

Al’Amith, l’ère de la réflexion est révolue. Son président, Salah Eddine Mezouar, vient de donner, lundi 9 février, le coup d’envoi à ce qu’il appelle «l’opérationalisation des études stratégiques». Autrement dit, l’association passe à l’action en vue de concrétiser les orientations stratégiques retenues pour la mise à niveau du secteur. Pour cela, huit groupes de travail ont été constitués et un dead-line fixé. A fin avril, les groupes, coachés par deux experts français, devront rendre leur copie. Mission de ces groupes, qui se sont déjà mis à la tâche : «mettre en place le dispositif de concrétisation des actions prioritaires pour les différentes filières». Ils devront définir les modalités d’application ainsi que les sources de financement. Tout ce travail se fait en collaboration avec le centre Euro Maroc Entreprise et l’Agence nationale pour la promotion de la petite et moyenne entreprise (ANPME).

Un plan d’attaque pour le marché américain
Parallèlement, l’Amith procède au recrutement de compétences pointues (ingénieurs textiles, experts en formation ou en marketing…) qui accompagneront la mise à niveau . «Le nombre d’experts par région sera déterminé en fonction de son importance», indique Salah Eddine Mezouar. Les recrutements se feront au niveau central (à l’Amith) et des régions, notamment Rabat, Fès, Marrakech et Tanger. Chaque antenne régionale aura son directeur et deux ou trois experts en formation et marketing.
Pour ce qui est de l’organisation centrale, l’Amith comptera deux pôles et un chef de projet. Le premier pôle, le «Service entreprise», accompagnera les opérateurs dans la réorganisation des unités, l’amélioration de leur productivité et le passage de la sous-traitance à la co-traitance. Tandis que le deuxième pôle, ou «Pôle promotion» sera le pilier de la stratégie d’encadrement commercial et marketing. Le chef de projet, quant à lui, devra finaliser le programme de formation des managers et cadres dirigeants en tenant compte des nouvelles options stratégiques du secteur.
Pour exposer sa démarche à l’ensemble de la profession, l’Amith a entamé, le 10 février, un road-show à travers toutes les régions. «Cette tournée permettra aux opérateurs des différentes filières textiles d’avoir une meilleure visibilité sur le secteur et ses perspectives de développement», est-il expliqué.
Par ailleurs, l’Amith compte, une fois l’accord de libre-échange avec les USA paraphé, mettre en place un plan d’attaque pour se positionner sur le marché américain. Ce programme sera piloté par des «personnes maîtrisant les rouages de ce marché. Nous ferons aussi appel à un cabinet d’expertise américain qui définira l’approche que l’on devra adopter», explique le président