L’Alliance T. va booster «la destination Fès»

Des formules «découverte» seront proposées pour mieux vendre la région.
Le problème de la destination Fès, qui se prête aux séjours de courte durée,
était l’absence de liaisons régulières permettant aux visiteurs des escapades
sans avoir à  subir les tracasseries des longues attentes dans les aéroports.

Plusieurs événements en un, à  Fès, entre le 29 janvier et le 2 février 2004. D’abord les 550 agents de voyages que réunissait l’AllianceT., groupement qui compte dans ses rangs de gros voyagistes comme Accor Voyages (Carlson WagonLit Travel, Frantour), Selectour, Tui, NF, CIT, JV Voyages, Verney, Wasteel, Lusitania… Bref, 1341 agences au total se sont retrouvées autour des co-présidents de cette alliance, Jean Robert Reznik (DG d’Accor Tourisme et président de Risma) et Philippe Demonchy (patron de Selectour). Tout ce beau monde a choisi la capitale spirituelle du Maroc pour débattre du projet de poursuite du renforcement de cette grande destination, notamment par le biais d’une sélection toujours plus rigoureuse des tour-opérateurs partenaires, et de partenariats spécifiques avec de grands groupes… Cette rencontre devait également tracer les contours des prochaines étapes, qui sont la conception de produits exclusifs, l’augmentation des vols régionaux à  partir des pays européens et la mise en place d’un portail qui permette d’accéder à  l’ensemble des tour-opérateurs partenaires. Tout cela n’a d’autre but que d’assurer à  la force de vente de l’alliance la capacité de mieux acheter, de mieux vendre, d’amoindrir les coûts des investissements technologiques et, en fin de compte, de mettre sur le marché des produits exclusifs, de bonne qualité et à  des coûts très concurrentiels. Le choix de Fès pour une telle rencontre est, en lui-même, une bonne nouvelle dont les échos ont rempli le Palais Jamaà¯, la salle de conférences du Jnane Palace o๠les participants se sont réunis, pour résonner jusqu’à  Moulay Yacoub, un des prolongements du programme d’animation des visiteurs. Mais, au-delà  de la dimension ponctuelle de cette rencontre, les assises de l’Alliance T. ont donné d’autres signes de bon augure, puisque la destination Fès était au programme de la rencontre, qui a pris la résolution de la booster. Tui s’engage à  assurer deux vols réguliers par semaine sur Fès Et là , il ne s’agit pas d’un vÅ“u pieux, puisque l’alliance a obtenu de Tui, un des partenaires, deux vols directs hebdomadaires Paris-Fès. La RAM a également promis d’être de la partie en assurant la desserte de la ville (selon Jean-Robert Reznik, on devrait arriver rapidement à  une douzaine de vols y compris des charters). Or, on le sait, le problème d’une destination comme Fès, qui se prête parfaitement aux séjours de courte durée, était l’absence de liaisons régulières permettant aux visiteurs des escapades sans avoir à  subir les tracasseries des longues attentes dans les aéroports et les laborieuses recherches de correspondances incertaines. La destination Fès est donc appelée à  connaà®tre un changement rapide de ses perspectives, sachant qu’aujourd’hui, le taux d’occupation des hôtels se situe dans une fourchette de 25 à  35 % sur l’année. La région dispose pourtant, en plus des attraits d’une ville impériale, d’atouts non négligeables comme la proximité des lacs, de la station du Michlifen, des villes d’Ifrane, d’Azrou, ou encore d’El Hajeb. Mais, pour l’Alliance T., il s’agit de commencer avec des formules «découverte» pour des séjours de 3 à  4 jours, comprenant du tourisme culturel et des rencontres avec des artisans, par exemple