Lahcen Haddad table sur une hausse des arrivées de touristes de 8% en 2014

Le Maroc disposait d’une capacité de 196 000 lits à  fin 2013, soit plus que les 195 000 espérés. Le texte sur le classement des hôtels sera publié au courant de l’année Selon le ministre, tout est en place pour l’application de la taxe aérienne à  compter du 1er avril.

Mardi 18 mars, toute la presse était réunie à Rabat pour écouter le ministre du tourisme, Lahcen Haddad, venu présenter son bilan 2013. On le sait déjà, malgré une conjoncture économique mondiale toujours difficile, le Maroc s’en est bien sorti. A fin 2013, le nombre d’arrivées a dépassé pour la deuxième année consécutive les 10 millions de touristes, à 10,05 millions exactement, soit 7,2% de plus qu’en 2012. Toutefois, près de 30% des visiteurs sont des Marocains résidents à l’étranger (MRE). Les marchés traditionnels (allemand, français, italien, espagnol, britannique) sont tous en hausse.

Les nuitées sont à l’avenant. Elles ont progressé de 9,3% par rapport à l’année 2012, à 19,11 millions. Le taux d’occupation des établissements hôteliers classés s’est par conséquent légèrement amélioré. Il a gagné 4 points pour s’établir à 43%.
Enfin, le trafic aérien affiche aussi une bonne performance puisque le nombre de passagers a augmenté de 9,2%, à 16,5 millions. Des pics ont même été enregistrés dans les aéroports de Marrakech, Agadir, Dakhla et Essaouira. Rappelons d’ailleurs que de nouvelles liaisons, notamment vers Essaouira, ont permis de faciliter l’accès de ces destinations à une plus large clientèle, en particulier grâce aux compagnies low-cost.
Les objectifs ont été globalement atteints

Le ministre ne cache pas sa satisfaction car les objectifs fixés sont atteints ou approchés de très près. Il en est ainsi du nombre de séjours de touristes internes dans les établissements classés qui a atteint 10,4 millions, soit la barre fixée en début d’année. Pour les recettes en devises, 58 milliards de DH ont été encaissés sur un montant prévu de 60 milliards, soit 97%. Il n’empêche que, dans le contexte actuel, terminer l’année sur une progression, si légère soit-elle (+2%), des recettes en devises, n’est pas négligeable, a argumenté le ministre.

Au chapitre des investissements, l’année 2013 aura été fructueuse. Des projets totalisant 19 milliards de DH ont été conventionnés. Les objectifs fixés en termes de capacité litière ont été atteints, voire dépassé. A fin 2013, le Maroc disposait d’une capacité de 196 000 lits auxquels s’ajoutent 12 000 lits actuellement en cours de rénovation, alors que les autorités visaient 195 000 lits.

En outre, 20 000 emplois ont été créés et 12 900 jeunes ont pu bénéficier d’une formation, comme le prévoyait le ministère de tutelle. De plus, 41 licences définitives, 50 licences provisoires et l’ouverture de 21 succursales d’agences de voyages, soit la création de plus de 500 emplois directs, ont été rendus possibles par le Comité technique consultatif des agences de voyages.

En ce qui concerne les chantiers, M. Haddad peut s’enorgueillir d’avoir obtenu la signature de 15 contrats-programmes régionaux (CPR), dont celui de Marrakech qui avait tant tardé à voir le jour. Aujourd’hui, il ne manque sur la liste que celui de Rabat. Même signés, les CPR demandent encore un important effort pour la mobilisation du financement nécessaire qui se chiffre à plusieurs milliards de dirhams. «Nous réfléchissons actuellement aux meilleurs moyens à mettre en place pour le suivi de l’opérationnalisation de ces CPR. Nous allons faire cela en collaboration avec les gouverneurs pour que chaque province prenne les projets qui la concernent. Nous prévoyons aussi de voir avec ces provinces les meilleures façons d’acheminer les subventions de l’Etat prévues dans ces CPR. Enfin, nous envisageons de faire des road shows pour rencontrer les investisseurs intéressés», a déclaré M. Haddad. Espérons que la mise en œuvre de ces CPR ne tarde pas autant que leur signature.

850 000 touristes étrangers supplémentaires à trouver en 2014

2013 aura également été l’année de la relance de la refonte du système de classement des hôtels, annoncée précisément en octobre dernier. «Nous sommes en train de travailler, avec l’ONMT, pour faire sortir le texte cette année, pour commencer l’implémentation l’année prochaine. Nous avons un texte et nous nous concertons avec la profession et le ministère de l’intérieur à ce sujet», a affirmé le ministre du tourisme. Nul doute qu’il sera pris au mot par l’ensemble du secteur. Chose étrange, dans son allocution, le ministre a omis de revenir sur l’élaboration de la taxe aérienne, pourtant l’un des évènements majeurs (et des plus remarqués) de l’année passée. Très décriée par les compagnies aériennes, celle-ci entrera en vigueur le 1er avril prochain. «Tout est en place. Nous sommes en train de discuter sur les dernières retouches concernant les procédures de collecte avec les ministères du transport et des finances», a confirmé, sans plus de détails, Lahcen Haddad.
Pour 2014, il table sur une progression des arrivées de 8%. En somme, ce sont 850 000 touristes étrangers supplémentaires qui devront séjourner dans le pays. Pour y parvenir, de gros efforts devront, encore une fois, être consentis pour améliorer le produit marocain, développer l’offre aérienne et attirer les marchés émergents.