La RMA absorbera Al Wataniya dès janvier prochain

La valeur induite d’Al Wataniya sera de 4,2 milliards de DH.
Finance.com et BMCE Bank recevront 96 actions RMA pour 100 actions
Al Wataniya.

La fusion des deux compagnies d’assurance du groupe Benjelloun, RMA (Royale Marocaine d’assurances) et Al Wataniya, sera effective en janvier 2005. Mais contre toute attente, c’est la RMA, théoriquement de taille plus réduite en total bilan et disposant de parts de marché moindres, qui sera l’entité absorbante. Dans une étape ultérieure, elle changera de raison sociale pour devenir Al Malakiya Al Wataniya d’assurances.
C’est ainsi que, lors de l’opération qui a été accompagnée par les meilleurs cabinets français spécialisés en évaluation des compagnies d’assurances, Al Wataniya apportera un actif total estimé à environ 14,1 milliards de DH, dont près de 10 milliards sont constitués de placements affectés aux opérations d’assurances. Avec une déduction d’un total passif de 9,9 milliards de DH pris en charge par l’absorbant et composé essentiellement des «provisions techniques» représentatives des engagements de la société vis-à-vis de ses assurés des deux branches «vie» et «non-vie», la valeur induite de la compagnie absorbée s’élève à près de 4,2 milliards de DH, soit un multiple fonds propre de 1,7, en phase avec les moyennes observées actuellement en Europe à l’occasion de transactions comparables.

La prime de fusion est de 2,07 milliards de DH
Cet apport d’Al Wataniya sera rémunéré uniquement en papier RMA, qui est déjà actionnaire à hauteur de 33,6 % et qui, par conséquent, renoncera à la contrepartie des 3,71 millions d’actions déjà détenues. Aussi, seuls les autres actionnaires, et à leur tête les deux entités du groupe Benjelloun, Finance.Com et BMCE Bank, recevront-ils de nouveaux titres à raison de 96 actions RMA pour 100 actions Al Wataniya. Ce qui représente une augmentation de capital d’un montant de 704,4 MDH, assortie d’une prime de fusion de 2,07 milliards de DH. Au passage, un tel niveau de parité valorise implicitement l’absorbant à 4,37 milliards de DH, soit légèrement plus qu’Al Wataniya. C’est a priori surprenant au regard des seuls critères des parts de marché, des fonds propres ou du total bilan.
Selon des analystes, cet écart s’explique par «la qualité des placements de la RMA qui recèlent un gisement de plus-value plus substantiel et viennent étoffer les éléments constitutifs de la marge de solvabilité à hauteur de 1,22 milliard de DH». Celle-ci atteint d’ailleurs le niveau rarissime de 1 530 % à fin 2003 contre 652 % pour Al Wataniya. De même, il semblerait que l’excellent niveau à 78 % du ratio combiné (sinistres + frais de gestion/primes émises nettes) de la RMA, à fin 2003, et les marges confortables de sa branche Vie aient favorisé la valorisation au moyen de l’embedded value(*)
Au demeurant, au-delà des subtilités techniques de l’opération, l’enjeu majeur de ce projet industriel sera la constitution, dès 2005, de synergies significatives à même de compenser les charges d’harmonisation des process et divers autres volets du rapprochement et de permettre, par conséquent, la réalisation de résultats supérieurs à la simple agrégation des performances des deux sociétés isolées (résultat net de 471 MDH en 2003). La complémentarité des activités des deux futurs mariés et le fort développement anticipé de la bancassurance seraient l’une des clés de voûte de la réussite de ce pari.

L’entité née de la fusion des deux compagnies d’assurance portera le nom d’Al Malakiya Al Wataniya d’assurances.