La Omra Ramadan boudée par la clientèle

Faute de visibilité sur les prix du billet d’avion et de l’hébergement, les voyagistes n’arrivent pas encore à  proposer des offres intéressantes. Le report des examens scolaires à  la dernière semaine de juin perturbe le programme des familles qui optent pour des vacances en juillet.

L’opération Omra Ramadan démarre cette année très timidement. Certes, quelques agences de voyages, généralement les plus grandes, ont déjà affiché leurs offres, mais la demande n’est pas encore perceptible même si les candidats se renseignent sur le produit, sans pour autant concrétiser leur achat. En témoigne l’absence remarquée de publicité dans les journaux ou sur d’autres supports. A cela plusieurs raisons dont une  tout à fait inattendue : le report de tous les examens scolaires, qui se déroulent généralement vers la mi-juin, à la dernière semaine du même mois. «Ce report a contribué à réduire la période des vacances, et surtout à rendre les familles, qui optent pour des vacances au mois de juillet, assez indécises sur leur déplacement», explique un voyagiste. Une autre raison tient au fait que les agences de voyages elles-mêmes ont de plus en plus de mal à créer la demande, car elles n’ont pas en main tous les paramètres pour proposer une offre intéressante sans prendre de gros risques, rétorque un autre agent de voyages. En effet, les voyagistes ne sont pas encore fixés totalement sur le prix du billet d’avion auprès des compagnies aériennes, et notamment les deux principales, Royal Air Maroc et Saudi Air Lines. Les prix pratiqués se situent généralement autour de 11 500 DH pour un aller-retour, mais il arrive qu’ils ne soient pas harmonisés.

Les voyagistes misent sur une clientèle plutôt aisée de commerçants et d’hommes d’affaires

L’autre paramètre qui entre en jeu, les frais, de plus en plus élevés, de l’hébergement, notamment dans les hôtels 3* et 4* et dans l’hôtellerie économique. Les voyagistes marocains hésitent à réserver un  grand nombre de lits de crainte de ne pouvoir les vendre, surtout qu’ils sont obligés de passer par leurs homologues saoudiens pour ces réservations, à qui ils sont obligés de verser une caution qui leur permet d’avoir accès au système d’information de l’ambassade pour faire les démarches administratives.
Autre cause qui serait à l’origine du repli de la demande, le fait qu’une catégorie de Marocains de milieux modestes se rabatte sur la Omra quand elle n’a pas la chance d’être tirée au sort pour accomplir le Hadj. Or, le tirage au sort pour le Hadj 2012 n’a pas encore été effectué et il n’y a pas urgence, dans la mesure où les candidats pour le Hadj 2011 sont déjà connus. Selon une source au fait de ce dossier, les services du ministère de l’intérieur sont actuellement occupés par l’actualisation des listes électorales plutôt que par le traitement des inscriptions au Hadj 2012.
Néanmoins, les voyagistes misent sur une clientèle plutôt aisée de commerçants et d’hommes d’affaires, qui opte pour passer Ramadan en famille dans les Lieux Saints pour une durée de séjour qui va jusqu’à 40 jours.