La fondation Yves Rocher prime des femmes rurales entrepreneurs

Fabrication d’huile d’olive, conservation des produits alimentaires et préservation de la biodiversité sont les trois projets primés. Les trois lauréates recevront des dotations de 2 000 à 5 000 euros pour développer leurs projets d’agriculture sociale et solidaire.

La fondation Yves Rocher a organisé la 8e édition de «Terre de Femmes» à Marrakech le 11 février dernier. A travers cette initiative, l’entreprise française célèbre les projets de femmes marocaines dans l’agriculture biologique ayant une portée sociale et solidaire. Ce prix a été créé il y a 15 ans en France. Depuis cette date, il a récompensé 350 femmes et versé 1,8 million d’euros de dotations pour soutenir des projets dans 50 pays.

Au Maroc, c’est Hanane Lechhab, présidente d’un groupement d’intérêt économique (GIE) dans la région de Ouazzane, qui a décroché le premier prix cette année. Son projet qui fédère plus de 328 femmes dans le Rif porte sur la trituration de l’huile d’olive par le biais de pratiques respectueuses de l’environnement. Ce procédé permet, selon elle, de produire entre 30 et 40 tonnes d’huile d’olive extra vierge. «Femmes du Rif» (c’est le nom du projet) valorise également la biomasse issue de sous-produits du processus d’extraction de l’huile nommés grignons d’olive. L’objectif est de les revaloriser en tant que combustible pour remplacer le gasoil ou le bois de chauffe. Pour les femmes du GIE, c’est une source de revenus complémentaire à celle de la vente de l’huile d’olive. Hanane Lechhab a obtenu un prix de 5 000 euros (52500 DH) affecté à l’achat d’une unité de trituration d’huile d’olive. Elle participera à la cérémonie internationale organisée le 30 mars à Paris.

La protection des abeilles récompensée

Le 2e prix est décerné à Fatima Kander, enseignante au lycée Aouda Saadia. Son projet est d’inculquer à ses élèves, futurs consommateurs et producteurs, des connaissances théoriques et pratiques, des valeurs et surtout une réelle volonté de changement. Ils apprendront à monter des projets agricoles grâce à l’assistance de banquiers et de chefs d’entreprises. Les élèves apprennent également les techniques de production et de conservation de produits alimentaires ou d’hygiène tels que le savon, le savon noir parfumé, les confitures bio… La dotation de 3 000 euros (31500 DH) accordée par la fondation Yves Rocher permettra à l’enseignante d’acquérir du matériel pour la transformation et la conservation des produits préparés dans le lycée. Khadija Boulfanid, une femme du milieu rural et montagneux, occupe la troisième marche du podium. Cette apicultrice à la coopérative Tamalourte Douar Timgrad contribue à préserver l’équilibre écologique et la biodiversité dans la région en cultivant de nouvelles colonies d’abeilles. Dans le même sillage, la coopérative lutte contre la mortalité et la disparition des abeilles locales ainsi que la sauvegarde de la biodiversité végétale et des insectes pollinisateurs. Mme Boulfanid recevra une subvention de 2 000 euros (21000 DH) pour poursuivre son projet.