La finance participative tient salon à Casablanca

Il a pour objectif de faire connaître et de promouvoir la finance participative auprès du grand public. La manifestation doit aussi permettre aux établissements de commencer de cerner leur marché et de nouer les premières relations d’affaires.

Un salon qui tombe à point nommé. Alors que Bank Al-Maghrib s’apprête à lever le voile sur les établissements agréés pour exercer des activités de finance participative au Maroc, une foire dédiée à ce nouveau marché, la première du genre, se tiendra à Casablanca (Parc des expositions de l’Office des changes) du 20 au 22 octobre prochain. Organisé à l’initiative des ministères de l’enseignement et de l’habitat, le Salon international de la finance éthique et participative (SIFEP) a pour objectif premier de faire connaître et de promouvoir la finance participative au Maroc. Ce système est attendu par une large frange du public. Une récente enquête du cabinet de conseil en finance islamique IFAAS a permis de ressortir que 79% des particuliers au niveau national se déclarent très intéressés par les produits financiers participatifs, au même titre que 71% des entreprises. Cependant, un effort de pédagogie et de communication reste nécessaire pour accompagner son déploiement, explique-t-on auprès d’Urbacom, organisateur de l’évènement. Des présentations à l’intention du grand public sont ainsi programmées. Entre autres sujets, seront abordés: l’épargne, le placement de fonds et la gestion islamique du patrimoine ou encore les produits d’assurance participative. L’objectif du SIFEP est aussi de permettre aux institutions exposantes de commencer à cerner leur marché et de nouer les premières relations d’affaires.

Le marché pourrait peser de 50,3 à 83,1 milliards de DH en 2008

La banque marocaine participative pourrait potentiellement atteindre en 2018 un actif de 50,3 à 83,1 milliards de DH (entre 3 et 5% de l’actif bancaire total), générant un bénéfice net de 647,4 MDH à 1,1 milliard de DH, selon une enquête publiée par Thomson Reuters. Cependant, si plusieurs banques de la place se sont rapprochées d’institutions internationales pour se lancer sur ce nouveau marché (BMCE Bank of Africa et Al Baraka Bank, CIH Bank et CDG avec Qatar Islamic International Bank, BMCI avec BNPparibas Najmah…), les banques émiraties, koweitiennes ou saoudiennes disposant d’une importante force de frappe manquent encore à l’appel. 

Pour répondre plus finement aux attentes des professionnels, un forum se tiendra durant l’événement sous le thème «La Finance participative marocaine : genèse et spécificités». Y seront abordés des thématiques qui intéressent fortement les professionnels concernant par exemple l’impact réel et potentiel de la finance islamique, les techniques de marketing ou encore les modèles de régulation de cette industrie. A noter par ailleurs que dans le cadre de la promotion du développement durable, les promoteurs de l’évènement visent à faire du SIFEP le premier Salon africain certifié ISO 20121.