La Fédération nationale du tourisme rebaptisée Confédération nationale du tourisme

Les nouveaux statuts seront adoptés à  l’occasion de l’AGE du 30 octobre. Le changement est motivé par l’objectif d’asseoir une meilleure représentativité régionale et sectorielle.

La Fédération nationale du tourisme (FNT) a procédé à la refonte de ses statuts et s’appellera désormais Confédération nationale du tourisme (CNT). Cette nouvelle dénomination a été choisie pour affirmer son caractère multi-métier, puisqu’elle regroupe toutes les fédérations sectorielles des métiers du tourisme, et coiffer les fédérations régionales prévues conformément à la Vision 2020, stratégie pour laquelle il a été délimité 8 régions ou territoires touristiques. Les nouveaux statuts devraient être adoptés lors de l’Assemblée générale extraordinaire (AGE) qui se tiendra le 30 octobre 2013. Cette AGE qui devait se tenir le 16 septembre dernier avait été reportée pour permettre à tous les membres de prendre connaissance des nouveaux textes.

Le président et le vice-président ne peuvent plus émaner de la même région ni du même métier

Outre la dénomination, l’une des modifications concerne l’unicité de la cotisation des entreprises et des associations professionnelles membres pour permettre un meilleur recouvrement et pour que la CNT puisse se donner les moyens de ses ambitions, comme l’explique Said Tahiri, DG de l’actuelle FNT. «En clair, une entreprise hôtelière ne devrait plus cotiser à la fois à l’Association hôtelière régionale, à la Fédération hôtelière nationale, etc., mais uniquement à la CNT, à travers sa structure associative régionale ou sectorielle, selon un système qui sera déterminé par le règlement intérieur de la CNT». L’objectif est aussi d’améliorer la représentativité des entreprises touristiques au sein de la future confédération, tient-il à souligner.

On peut lire en effet dans les futurs statuts qu’«au niveau des instances nationales, le représentant de l’entreprise et donc de tout groupement professionnel doit nécessairement être le mandataire et/ou le dirigeant social de l’entreprise, association ou fédération adhérente».

Le texte prévoit également que le président et le vice-président ne peuvent plus émaner de la même région ou province, ni exercer le même métier. Ceci dans le but d’assurer une meilleure représentativité au niveau des régions, notamment au sein des futures Agences de développement du tourisme (ADT) qui peinent à voir le jour, et pour l’élaboration des contrats programme régionaux dont certains ont déjà été signés. Par ailleurs, l’international est pris en compte ; l’article 30 prévoit en effet de créer des bureaux de liaison à l’étranger.