La chute des acquisitions d’engins de BTP pèse sur le secteur du crédit-bail

La production du premier trimestre baisse de 5.3% mais les professionnels restent optimistes pour la suite. L’encours global s’inscrit en hausse de 7%. Le crédit-bail immobilier retrouve des couleurs après le marasme de 2010.

Démarrage poussif pour le crédit-bail en 2011. La production du secteur s’est établie au premier trimestre de l’année à près de 3 milliards de DH, régressant de 5,3% par rapport à la même période de l’année passée, d’après les plus récentes données de l’Association professionnelle des sociétés de financement (APSF). Mais les opérateurs ne s’en alarment pas plus que cela. «Le premier trimestre est très loin de renseigner sur la tendance de toute l’année, ne serait-ce que parce que les décisions d’investissement des entreprises ne se prennent qu’après clôture des bilans au delà du mois de mars», affirme un professionnel. C’est dire que rien n’est encore joué pour le secteur, les anticipations étant même à l’optimisme sans pour autant espérer les records de croissance annuelle moyenne de 15% enregistrés au niveau de tout le secteur,  de 2004 à 2008.
En attendant, le recul constaté sur les trois premiers mois est surtout dû au crédit bail mobilier (véhicules utilitaires, de voitures de tourisme, de machines et équipements industriels ou encore ordinateurs et matériel de bureau) qui a chuté de 8,7% pour s’établir à 2,4 milliards de DH. Cela sachant que le leasing mobilier continue de représenter l’essentiel des prêts de crédit-bail alloués : plus de 80% de la production au premier trimestre. Selon les professionnels, la tendance baissière du leasing mobilier est le fait de la conjoncture défavorable qu’ont traversée au premier trimestre de l’année certains secteurs ayant fortement recours à ce type de financement (le leasing a financé 6% de l’investissement au niveau national en 2010). Et «ce sont surtout les financements du matériel roulant et de celui du BTP qui en ont pâti» , précise un opérateur du secteur. Notons qu’il s’agit là de biens d’équipement clés pour le leasing mobilier puisque ces deux catégories ont représenté à elles seules 45% des financements en crédit-bail mobilier octroyés en 2010.

12,4% de hausse pour la production de crédit-bail immobilier

Pour sa part, le leasing immobilier, dont le poids reste contenu à 17% de la production au premier trimestre, a connu une bonne orientation. En effet, ce segment a vu sa production croître de 12,4% au premier trimestre de l’année à 561 MDH. Il en ressort que les entreprises semblent progressivement s’adapter à la suppression par la Loi de finances 2010 de l’exonération des droits d’enregistrement pour le crédit-bail immobilier. En effet, cette dernière mesure avait pour rappel détourné les investisseurs du leasing immobilier l’année passée au point où l’activité du segment avait enregistré une baisse prononcée de 21% sur la période, la plus importante depuis 18 ans.
En dépit du repli de la production globale du crédit-bail au premier trimestre, l’encours du secteur sur la période s’inscrit en augmentation, en raison de la durée des financements qui peuvent aller au moins sur quatre ans. Ainsi, sur les trois premiers mois de l’année, l’encours du crédit-bail s’est établi à 36,7 milliards de DH, progressant de 7,2% par rapport à la même période de l’année passée. Dans le lot, le crédit-bail mobilier connaît une hausse de 6% à 25,7 milliards de DH, quand l’encours du leasing immobilier s’apprécie de 10% pour s’établir à plus de 11 milliards de DH.
Précisons enfin que les plus récentes statistiques dressées par l’APSF laissent apparaître que le financement moyen du crédit-bail mobilier atteint 410 000 DH par dossier ; il est de 3,8 MDH pour le leasing immobilier.