La Caixa ouvre une succursale à  Casablanca

Le groupe espagnol avait déjà  un bureau de représentation sur place.

Elle travaillera principalement avec les entreprises et les particuliers originaires des deux pays.

La Caixa, première caisse d’épargne en Europe et troisième groupe financier d’Espagne, ouvre une succursale à Casablanca. Déjà implantée à travers un bureau de représentation, elle avait obtenu auprès de Bank Al Maghrib, en octobre 2008 (publication au Bulletin officiel du 5 février 2009), l’autorisation lui permettant d’effectuer toutes les activités et opérations bancaires prévues par la loi bancaire marocaine. Forte d’un bénéfice de 2,05 milliards d’euros pour l’exercice de 2008 et de 10,6 millions de clients, la Caixa annonce le retour, par installation directe, des banques espagnoles au Maroc. Il y a quelques années, leurs enseignes avaient disparu du paysage après l’absorption d’Uniban et d’Argentaria par l’ex-Wafabank qui a fini par fusionner avec l’Ex-BCM pour donner naissance à Attijariwafa bank.
Dirigée par Ali Kadiri, la succursale offrira ses services aussi bien aux compagnies espagnoles ayant des intérêts commerciaux avec le Maroc ou déjà installées dans le pays, qu’aux entreprises marocaines entretenant des relations commerciales avec l’Espagne. L’autorisation s’étend également à la clientèle des Marocains résidant en Espagne et aux Espagnols installés au Maroc, qui pourront ainsi bénéficier de services offerts par la banque espagnole.

Banco Sabadell a aussi obtenu une autorisation
En principe, la Caixa sera rejointe sur le terrain par Banco Sabadell, 4e banque espagnole, qui a également obtenu un agrément pour l’ouverture d’une succursale au Maroc. Son autorisation publiée dans le même B.O. du 5 février dernier permet à cette institution de travailler principalement avec les entreprises espagnoles constituées ou opérant au Maroc et avec les opérateurs marocains ayant des relations commerciales avec des entreprises espagnoles.
Notons qu’une succursale est une entreprise directement rattachée à sa maison mère. Il s’agit donc d’une structure décentralisée. Contrairement à une filiale, elle n’a pas une personnalité morale distincte de sa maison mère.