La baisse des prix dope le marché des imprimantes : 36% de hausse !

Il s’est écoulé 225 000 unités pour un chiffre d’affaires de 615 MDH. Les imprimantes noir et blanc continuent de dominer le marché avec 80% des ventes.

Alors qu’il se vend chaque année au moins 350 000 ordinateurs (fixes ou portables) pour un chiffre d’affaires de près de 2 milliards de DH, le marché global de l’impression et de la reprographie est loin d’être à la traîne, même si la nécessité d’équipement n’est pas la même. Bien sûr, les deux segments restent incomparables. Tout de même, il s’est vendu en 2010 près de 225 000 unités d’équipements d’impression et de reprographie pour un chiffre d’affaires global d’environ 615 MDH. Cela représente une croissance du volume des ventes de 36% et une évolution de la valeur totale de 24% par rapport à l’année 2009. De belles performances dans un secteur des nouvelles technologies qui connaît des pertes de croissance sur certains segments au Maroc. «Le marché de l’impression connaît une forte croissance depuis 2008. Après une légère baisse en 2009, le secteur est aujourd’hui en pleine reprise pour atteindre des niveaux de croissance supérieurs à ceux de 2008», confirme ainsi Mohamed Taj, dg de HP Maroc, la marque qui s’est taillé une place de leader sur le marché en quelques années à peine. «L’année 2011 devrait s’inscrire dans la même logique de croissance que les années précédentes», renchérit pour sa part Rachid Khssassi, directeur commercial et marketing de XOS, distributeur exclusif de la marque Xerox.

58% des achats concernent des imprimantes laser

Bien sûr, les habitudes de consommation ne cessent d’évoluer. «Le marché de l’imprimante est vaste et très segmenté entre le jet d’encre, le laser, les équipements à fonction unique et les multifonctions», explique M. Taj.
Aujourd’hui encore, le marché des équipements d’impression et de reprographie est largement dominé par les appareils monochromes (une seule couleur, le noir) qui représentent
80% des équipements vendus, contre 20% pour ceux qui fournissent des sorties couleur. Dans le détail, 95 000 équipements sur les 225 000 vendus en 2010, soit 42% du volume global écoulé, sont des appareils à jet d’encre. Dans cette catégorie, 35 000, soit 37%, sont des équipements à fonction unique (impression seule). Les appareils multifonction (imprimante, copieur, fax) représentant les 63% des équipements jet d’encre remportent donc un franc succès, notamment chez les petites et moyennes entreprises soucieuses de gérer leur espace bureautique.
Une tendance qui s’inverse lorsque l’on observe les données des équipements laser. Les équipements laser ont représenté, en 2010, 58% du volume total des ventes avec 130 000 équipements écoulés. Parmi ceux-ci, 100 000 unités, soit 77% de ce volume, étaient des appareils à fonction unique. Alors que seulement 30 000 des unités étaient des équipements laser multifonction. Autrement dit, les équipements «multifonction» dominent les ventes de la catégorie jet d’encre mais se retrouvent loin derrière les équipements à fonction unique lorsqu’il s’agit d’un équipement doté de la technologie laser. Il est évident que le coût bien plus élevé de ces appareils dissuade de nombreux consommateurs, qu’ils soient professionnels ou particuliers. En effet, alors qu’il faut compter au moins 800 DH HT pour un équipement laser à fonction unique, il faudra débourser au moins 1 500 DH HT pour un équipement multifonction, et encore! Le prix peut être multiplié par 10 lorsqu’on monte en gamme. Sans compter le coût d’exploitation, et notamment l’achat des consommables (voir encadré). D’où la réalisation par les constructeurs de véritables audits pour évaluer les besoins du client. Qu’il s’agisse d’un grand compte (banques, assurances, administration publique, etc.), d’une profession libérale, d’un cabinet d’avocats ou d’architectes, le besoin en matière d’impression est loin d’être le même. «Pour les entreprises structurées, nous encourageons beaucoup l’achat d’équipements multifonction pour une question d’espace et d’efficacité. De la même façon, nous leur recommandons des équipements dotés de la couleur», précise M. Khssassi. «L’administration publique draine beaucoup le marché de l’impression. Chez HP Maroc, les grands comptes représentent plus de la moitié de notre chiffre d’affaires. En revanche, les particuliers impriment de moins en moins, malgré la démocratisation du produit grâce à une baisse conséquente des prix», détaille M. Taj. Le particulier, bien moins exigeant, se contentera d’une simple imprimante à jet d’encre qu’il pourra conserver plus de 5 ans.