Kénitra : 212 projets totalisant 8,2 milliards de DH agréés en 2014

Les investissements agréés sont en hausse de 30% et les créations d’entreprises de 6%. Plusieurs groupes internationaux souhaitent s’installer dans la P2I de la ville.

Carton plein pour le Centre régional d’investissement (CRI) du Gharb. D’après le bilan publié jeudi 22 janvier à Kénitra, l’année 2014 a été marquée par la création de 2 039 entreprises, en hausse de 6% par rapport à 2013. Les investissements s’élèvent à 607 MDH et pourront générer plus de 9 000 emplois. «Nous relevons la prédominance de la forme de la personne morale avec des projets bien identifiés au détriment de la personne physique», constate Laila Hammouchi, directrice du centre. Sur 2 041 certificats négatifs délivrés, plus de 80% le sont pour des personnes morales. Environ 90% des projets concernent les services et le commerce, suivis du BTP.

Cette dynamique observée au niveau de la création d’entreprises est également retrouvée au niveau du deuxième métier du centre, en l’occurrence l’aide aux investisseurs. En effet, l’année s’est soldée par un total de 212 projets d’investissements agréés d’un montant de 8,2 milliards de DH, en hausse de 30% par rapport à 2013. Ces projets devraient générer près de 15 500 emplois. La moitié de ces investissements est concentrée dans le BTP à Kénitra, une ville déjà saturée pour le logement social. Le management du CRI est donc en train d’orienter les flux des projets immobiliers vers les autres localités, notamment Sidi Kacem et Sidi Slimane. «Kénitra va dorénavant optimiser son assiette foncière à travers des appels à manifestation d’intérêt pour ne retenir que les projets BTP qui lui profitent en termes d’équipements manquants», souligne Zineb El Adaoui, wali de la région d’Al Gharb-Chrarda-Beni Hsein, lors de son allocution d’ouverture. Après le BTP, les investissements agréés sont allés à hauteur de 18% et 16% à l’industrie et l’enseignement privé. Par origine, l’Arabie Saoudite arrive en tête suivie de l’Autriche, la Tunisie puis le Japon.

Le CRI compte se doter d’un bureau de liaison avec la DGI

Selon le management du CRI, outre la confiance de groupes de renommée tels que Ynna Holding ou Assala Développement, le flux d’investissement a été maintenu grâce à l’engagement du groupe tunisien Coficab et de l’autrichien Hirschmann Automotive qui ont déposé des projets d’extension de leurs unités. Rien que pour la P2I de Kénitra, 42 sociétés ont été autorisées à s’y installer, dont 35 portent des projets industriels d’un montant total supérieur à 4,7 milliards de DH. Elles s’ajouteront aux 8 sociétés qui y sont déjà. «Un grand effort a été concédé au niveau des délais de traitement des dossiers d’investissements qui sont ramenés de 136 à 53 jours en moyenne», informe Mme Hammouchi. Soulignons à ce titre que le CRI du Gharb compte se doter d’un bureau de liaison avec la direction des impôts pour plus de célérité dans le traitement des demandes des investisseurs.